En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

IFOCOP Le spécialiste de la formation tertiaire en alternance pour adultes

L'Ifocop est qualifié ISQ-OPQF pour la garantie d'un engagement de prestation de qualité.

Témoignage de Yannick Trubuil, stagiaire Développeur Intégrateur Web Promotion 2015 IFOCOP à Paris 11

Grand sportif et passionné d’arts martiaux, Yannick Trubuil a dû renoncer à son avenir de professeur de sports et changer de métier. Diplômé de la formation Développeur Intégrateur Web Promo 2015, il a rejoint les équipes de Sublime Skinz en tant que Développeur front end. Une reconversion professionnelle réussie et prometteuse. Découvrez son parcours, ses conseils pour réussir sa formation et partagez sa passion pour le code !

Raconte-nous ton parcours scolaire et professionnel…

Après un bac scientifique, j’ai tenté le concours de pharmacie, hélas sans succès. Etant très sportif et passionné d’arts martiaux, j’ai alors opté pour un cursus universitaire en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS). Après mon Master 1, j’ai été professeur de sports bénévole pendant un an.

Mon parcours s’est malheureusement arrêté net suite à une blessure grave au niveau lombaire.  Je suis resté immobilisé pendant 2 mois puis le verdict des médecins est tombé : interdiction de toute pratique sportive pour éviter la paralysie. C’en était fini de mon avenir dans le sport, il me fallait apprendre un nouveau métier.

Comment as-tu envisagé ta reconversion professionnelle ?

Le choc a été rude alors j’ai décidé de partir loin pendant 5 mois, sous le soleil, avec des amis ! Je ne suis pas resté inactif puisque je suis intervenu en tant qu’éducateur dans un foyer social.  Cet exil m’a vraiment permis de relativiser ma situation et surtout me réinventer. Passé le choc thermique de mon retour en France en plein hiver, je me suis inscrit à Pôle Emploi et réalisé un bilan de compétences. Mon conseiller m’a recommandé de visiter les salons dédiés à la formation et à l’emploi pour mûrir mon projet de reconversion professionnelle.

Comment as-tu connu l’IFOCOP ?

J’avais rassemblé quelques brochures d’organismes de formation dont celle de l’IFOCOP. Lors d’une visite sur un salon, j’ai également rencontré les équipes de l’institut qui m’ont communiqué des informations complémentaires sur la formation Développeur intégrateur web. Lors de la réunion d’information dans le centre, la présentation et les explications du responsable de formation sur le programme de la formation et les perspectives d’emploi m’ont convaincu. J’ai ensuite passé les tests psychotechniques et un entretien individuel.

Pourquoi as-tu choisi le métier de Développeur intégrateur web ?

J’ai un profil de gamer, sportif certes mais aussi geek ! L’informatique et le numérique me sont donc familiers. Mon cercle d’amis compte également beaucoup de développeurs.  Je les ai interrogés sur leur métier, leur quotidien, leurs ambitions… Les réponses variaient selon l’ancienneté  et l’expérience de chacun mais tous étaient unanimes sur le fait que le métier de développeur est aujourd’hui incontournable dans notre société. Avec la transformation digitale, toutes les entreprises ont besoin de cette compétence dès lors qu’elles envisagent de réaliser ou faire évoluer un site web. Le métier offre ainsi une palette impressionnante de domaines d’intervention (front -end, back-end, full-stack…) et de belles perspectives d’évolution professionnelle et de rémunération.

Comment as-tu financé ta formation ?

Les droits à la formation acquis au titre de mon parcours professionnel initial  dans le public et dans le privé ne m’ont pas permis de bénéficier d’aide au financement. Entre le délai de paiement des indemnités et de traitement administratif de ma demande de formation,  la situation a été assez tendue financièrement mais je n’ai pas désarmé.  Pendant près de 9 mois, j’ai vraiment expérimenté le système D et réduit mes dépenses au strict minimum. Au final, j’ai réussi à financer ma formation avec mes économies et grâce à l’aide de mes parents.

Selon toi, quels sont les points forts de la formation à l’IFOCOP ?

Je souhaitais me reconvertir assez rapidement avec un diplôme reconnu à la clé. C’est précisément ce que propose l’IFOCOP avec une formation métier de 8 mois validée par un titre RNCP de niveau II donc l’équivalent d’un master 1.  C’est un point fort pour un adulte en reconversion qui souhaite poursuivre son évolution professionnelle tout en valorisant ses nouvelles compétences. La qualité des intervenants en particulier sur les cours fondamentaux comme HTML, CSS, Javascript ou PHP et l’accompagnement de l’équipe pédagogique sont les autres points forts de la formation à l’IFOCOP. C’est rassurant et stimulant de rencontrer des professionnels aguerris et à l’écoute pour vous pousser à progresser.

Comment as-tu trouvé ton stage en entreprise ?

J’ai répondu à une annonce de Sublime Skinz, une société spécialisée dans la publicité digitale. L’entretien de recrutement s’est déroulé avec mon futur tuteur UX Designer, et une autre responsable datascientist. J’ai passé un test pour évaluer ma capacité à coder et placer des éléments rapidement. Lorsque j’ai commencé ma mission de stage pratique de 4 mois, ce fut un véritable baptême du feu ! J’ai galéré et bien stressé durant les premiers jours mais avec la pression, on se bouge parce qu’on n’a pas le choix ! Après un mois, j’étais déjà plus serein. Bien sûr, je n’étais pas encore autonome mais j’avais déjà acquis des réflexes à force d’être confronté plusieurs fois par jour aux mêmes types de problèmes.

Quelles étaient tes missions durant ce stage ?

Sublime Skinz est spécialisé dans l’affichage publicitaire non intrusif.  Les internautes sont aujourd’hui saturés de pop ups et de bannières publicitaires et finissent par installer des programmes pour les bloquer.  Notre activité est donc de concevoir pour les marques des solutions d’habillage de site qui se placent sur le body des pages afin de ne gêner donc ni le container ni le menu. L’internaute peut alors surfer sur le site avec la création publicitaire qui s’affiche en permanence sans que cela perturbe son confort visuel.

Nous travaillons en France, Royaume Uni et plus récemment aux Etats-Unis, sur un volume de commande impressionnant pour des clients  dans tous secteurs d’activité et à destination de sites qui enregistrent 50 000 visites minimum par jour.

Ce stage était donc une formidable opportunité de découvrir le métier « grandeur nature » avec toutes ces facettes.  J’ai appris la méthodologie et amélioré au fur et à mesure ma cadence d’exécution : conception du script en Javascript, réajustement CSS des éléments qui bougent dans le child, adaptation de l’ensemble au skin… Je faisais régulièrement le point avec mon tuteur qui m’encourageait et a su me confier d’autres projets dès que je suis devenu complètement opérationnel sur l’habillage.

Quelles sont tes projets professionnels ?

L’entreprise est en plein boom. Le développement des produits est passionnant, l’ambiance de travail est particulièrement agréable et la culture d’entreprise me convient parfaitement.

Avant ma formation, je projetais de passer quelques temps dans une entreprise pour me lancer ensuite en tant qu’auto-entrepreneur.  Aujourd’hui, je pense que c’est beaucoup trop tôt. Mon objectif est donc d’apprendre et me perfectionner.

Avant de décrocher mon stage, j’avais eu un entretien téléphonique avec une entreprise qui souhaitait me confier des projets Drupal. J’aime beaucoup travailler avec ce CMS car les possibilités de développement sont pratiquement illimitées, mais je n’ai pas encore eu la possibilité d’approfondir le sujet.J’aimerais également coder avec Laravel. C’est un framework model view controller qui permet de séparer le Html et le CSS des requêtes SQL et du Javascript.  L’orienté objet m’intéresse beaucoup car le potentiel est énorme comparé au procédural.  En tant que développeur, cette liberté de création est très stimulante, sans parler du code, bien plus clair et agréable qu’un procédural même bien indenté.

3 conseils pour réussir sa formation à l’IFOCOP ?

Pour se former aux métiers du web, il faut avant tout être curieux, autonome et débrouillard. Les cours théoriques permettent d’organiser et structurer sa méthodologie de travail mais cela ne suffit pas. Il faut impérativement développer ses compétences par une pratique intensive afin d’acquérir des réflexes et une grande rapidité dans l’exécution.

Avant de démarrer ma formation Développeur intégrateur web à l’IFOCOP,  j’ai commencé à étudier les langages que mentionnait le programme grâce à des tutoriels en ligne, des livres… J’ai voulu coder mon propre site de photographie, sans CMS  ni framework, en langage pur, afin de tester plein de trucs. Les premières versions  du site n’étaient vraiment pas terribles mais il fallait bien commencer quelque part ! Grâce à la formation, j’ai pu améliorer le code et gérer le back-end. Même si j’en suis à la douzième version – au moins ! –, c’est le fruit de mon « auto-apprentissage ».

Je pense que se former une fois adulte nécessite également une vraie capacité à dépasser ses blocages. Il s’agit d’apprendre à apprendre, et en permanence : repérer et comprendre ses erreurs, travailler ses points faibles, enrichir ses connaissances pratiques grâce à des tutoriels, des échanges sur des forums spécialisés, etc…

Enfin, la motivation est un facteur clé. Sans elle, vous décrochez.  Grâce à elle, vous développez l’énergie et l’endurance pour vous remettre dans une situation d’apprentissage et travailler à un rythme soutenu et régulier !

Selon toi, quelles sont les tendances dans le domaine du développement web ?

Avec l’explosion de l’usage des smartphones pour se connecter au web,  le responsive design est omniprésent. Au lieu de créer deux sites, l’un destiné à l’ordinateur, le second pour les interfaces mobiles, le responsive design permet de concevoir des sites qui s’adaptent automatiquement à l’espace disponible sur l’écran de l’utilisateur.

La programmation orienté-objet n’est pas une tendance puisqu’elle existait avec des langages comme C++, Java ou Python mais c’est une compétence très demandée en particulier avec la généralisation du PHP. Elle permet de mieux organiser le code tout en gagnant du temps et , surtout, anticiper ses futures évolutions.

L’UX design se positionne de plus en plus au cœur de la stratégie marketing des entreprises en particulier pour les produits grand public. Traduire des concepts de design en développement pur nécessite non seulement de très fortes compétences en développement mais aussi une nouvelle manière de collaborer en équipe pluridisciplinaire.

Côté CMS, Drupal et WordPress sont en première place. Enfin, dans le développement, on travaille rarement seul. Coder c’est une chose mais travailler un projet nécessite aussi de maîtriser les outils collaboratifs comme Github par exemple.

Et pendant ton temps libre, que fais-tu ?

Je travaille beaucoup, y compris à domicile ou dans les transports en commun. J’améliore mon code, je fais des ajustements Javascript pour pallier à des bugs générés par JQuery. Bref, je travaille, je vis et je pense code !

Lorsque je parviens à faire quelques breaks, je me consacre à la photographie.  J’ai débuté avec un objectif 100 mn pour faire de la macro. Tout y est passé : les yeux de chats, les insectes, les fleurs, les plantes… Depuis, j’ai aussi  investi dans une focale 24-70 mn et je shoote sur le vif. Avec mes amis photographes (et développeurs !), nous faisons des sessions street photo.

Enfin, pas de télé chez moi mais, en bon geek, j’aime les jeux vidéo comme League of Legends, uniquement les parties avec classement car j’adore la compétition !

Ton mot de la fin ?

Je suis heureux de ne pas m’être trompé dans mon projet de reconversion professionnelle. C’était un vrai challenge après une période de remise en question radicale de ce que j’avais projeté en formation initiale.  Le chemin n’a pas été de tout repos mais il en valait largement la peine.

Devenir développeur m’a permis de renouer avec ma soif d’apprendre et de me dépasser. Je n’ai aucun doute sur ce que l’avenir me réserve : des projets passionnants, de belles rencontres et beaucoup d’opportunités !

Propos recueillis le 6 février 2015, mise à jour de l'article le 14 avril 2016.

Ce témoignage vous a plu et vous souhaitez en savoir plus ?
Découvrez la formation Développeur intégrateur web IFOCOP – Titre RNCP II (Code CPF  9120) 

Demande d'informations (réponse sous 48h) S'inscrire à une réunion d'information