Matinée Portes Ouvertes Nationale : samedi 1er octobre de 10h à 13h, dans tous nos centres
En savoir plus

En savoir plus

En apparence austère, mais en réalité extrêmement stimulant pour peu qu’on ait la passion des chiffres, le métier de contrôleur de gestion offre des opportunités intéressantes et ouvre la voie à des évolutions de carrières multiples.

Petit contrôleur de gestion deviendra peut-être un jour, Responsable administratif et financier, Directeur administratif, Directeur (tout court !) ou patron de sa propre entreprise ? Allez savoir, tant ce profil, très opérationnel -et en phase avec les réalités du monde de l’entreprise- se révèle formateur.

Qui est-il ?

Parfois membre du comité de direction, il est responsable de la qualité de l’information financière et de la transparence des comptes. Doté d’un esprit d’analyse et de synthèse, c’est un copilote vigilant, dont l’objectif est la mesure de la performance de l’entreprise. Il doit être doté d’une certaine aisance relationnelle. « Surtout que la profession souffre d’une image parfois très austère. On doit donc être en mesure d’expliquer, parfois avec beaucoup de diplomatie face à un chef de service audité ou questionné sur ses chiffres, que la rigueur de notre métier n’est justifiée que par un seul but : le bien-être de l’entreprise », résume Sébastien Désarmeaux, ancien contrôleur de gestion au sein du groupe Eiffage, devenu, depuis, RAF.

Mais que fait concrètement un contrôleur de gestion ?

Le Contrôleur de gestion fournit à la direction générale toutes les analyses économiques et financières nécessaires au pilotage opérationnel et stratégique de l’entreprise. A travers son rôle de contrôle de gestion (et donc des finances), il doit accompagner la mise en œuvre de la stratégie de la direction générale auprès des managers et des opérationnels.

Ses compétences et missions, toutes enseignées à l’IFOCOP dans le cadre d’une formation diplômante de 8 mois, sont les suivantes : analyse de performance, contrôle des résultats financiers et préconisation d’actions correctives, suivi budgétaire, supervision des clôtures comptables, opérations d’inventaire, conduite et mise en place du contrôle interne, réalisation de reporting aux  instances dirigeantes… « Il/elle doit aussi être capable de proposer des solutions d’optimisation de rentabilité de l’entreprise et d’apporter un appui technique (conseil en gestion, études de coûts, …) sur la réalisation d’économies », précisent les équipes pédagogiques.

… Sacré challenge récompensé, à la clé, par un salaire attractif. A titre d’information, les contrôleurs de gestion touchent en moyenne 3 788 € nets / mois*.

Ce métier vous intéresse ? Sachez que des nombreuses formations débutent régulièrement sur Paris Sud – Rungis, Paris XIII, Montigny-le-Bretonneux, Melun et Cergy Pontoise.

*Source : SalaireMoyen.com