En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

IFOCOP Le spécialiste de la formation tertiaire en alternance pour adultes

L'Ifocop est conventionné par le Ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique
et est qualifié ISQ-OPQF pour la garantie d'un engagement de prestation de qualité.

15 questions à Jeremy et Lisa, stagiaires de la formation Community Manager à l’IFOCOP

Jeremy est YouTuber, Lisa est Blogueuse. Ils connaissent déjà bien les réseaux sociaux et ils ont pourtant décidé de suivre la formation Community Manager IFOCOP à Toulouse. Pourquoi ? Comment ? Découvrez leur interview de joyeux geek !

1/ Bonjour à tous deux, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Jeremy

Après un BTS en Commerce International et un Master en Langues Étrangères Anglais-Espagnol appliqué au Commerce International, j’ai travaillé en tant qu’agent commercial et agent d’exploitation dans l’import-export. Des métiers auxquels j’aspirais durant mes études mais j’ai connu malgré moi des périodes en entreprise assez courtes, quelques mois en général:  CDD pour une hausse d’activité, licenciement économique, etc…Après mon dernier poste, je suis resté au chômage pendant plus d’un an, avec quelques petits boulots de temps en temps. En parallèle, je me suis consacré à ma chaîne Youtube et j’ai commencé à réfléchir à une reconversion professionnelle.

Lisa

Après un bac scientifique, j’ai voulu m’orienter dans le domaine du jeu vidéo, mais je ne pouvais pas me le permettre financièrement.  J’ai opté pour un BTS puis une licence en comptabilité/gestion des organisations, une spécialisation qui correspond à mon goût pour les chiffres et l’analyse.  J’ai ensuite décroché un premier poste de contrôleur de gestion et évolué pendant 4 ans dans ce métier.

Je suis aussi devenue blogueuse en parallèle de mon activité professionnelle.

2/ Pourquoi et comment avez-vous lancé votre chaîne YouTube /votre blog ?

Jeremy

C’était en 2006.  A l’époque, je faisais de la danse hip hop. Geek et féru d’informatique, je scrutais tout ce qui se passait sur internet. La plateforme Youtube commençait à bien percer et ça m’a donné envie de créer ma chaine : Modzii. J’ai commencé à me filmer avec une caméra toute simple, même pas en HD! Je voulais simplement partager ma passion du hip hop, montrer ce que je savais faire et m’améliorer, comparer mes figures avec celles d’autres danseurs présents sur Youtube. Ensuite, je me suis lancé dans la réalisation de vidéo de live game et unboxing avec ma compagne car nous partageons la même passion pour les jeux vidéo.

Lisa

J’étais bien dans mon métier mais la passion du jeu vidéo était toujours là. J’avais envie de la partager et besoin d’écrire. En 2013, j’ai commencé à faire du micro-blogging sur Tumblr et j’ai adoré ! C’est très stimulant d’avoir des follows, des reposts, des commentaires et d’échanger avec les gens. Tumblr étant surtout une plateforme de partage de contenus existants, j’ai décidé de créer mon blog La Geek en Rose sur Worpress pour publier des articles plus construits.

3/ Comment votre communautés d’abonnés s’est-elle développée ?

Jeremy

A mes débuts, mes vidéos de danse n’intéressaient pas grand monde (rires), la chaîne a péniblement atteint 1000 abonnés. Avec les vidéos de gaming que nous avons commencé à réaliser avec ma compagne, le mouvement s’est un peu accéléré pour passer le cap des 2000 abonnés. Tout a changé lorsque nous nous sommes lancés dans les vidéos d’unboxing, en particulier pour des “Custom Funko Pop”. Ce sont des figurines ”maison” fabriquées à partir de figurines existantes que l’on remodèle avec de la pâte. On les repeint et on y ajoute plein d’accessoires, ensuite je crée des boîtes personnalisées sous Photoshop que je colle sur les emballages classiques du commerce. Chaque figurine ainsi obtenue est unique.  La photo de notre première figurine publiée sur Facebook a remporté plus de 200 likes/partages et des Youtubeurs connus nous ont spontanément demandé de leur créer des figurines sur mesure.  Ils ont ensuite publié les vidéos d’unboxing de ces figurines en citant ma chaine. Depuis, les gens me passent leur commande et postent leur vidéo d’unboxing.

En moins d’an, le nombre d’abonnés à la chaine est passé de 2000 à près de 14 000 abonnés !  Tous les Youtubers connus ont eu ce genre de coup de pouce, que ce soit le fruit du hasard avec un buzz ou grâce au réseautage. C’est précisément ce qui s’est passé pour moi. J’avais pensé les vidéos d’unboxing  de figurines sur mesure comme une sorte de produit d’appel pour faire connaître ma chaîne et un vrai réseau de youtubers s’est activé.  Le succès est grandissant. On a encore pas mal de choses à réaliser mais on espère atteindre 25 000 abonnés d’ici la fin de l’année voire plus !

Lisa

L’objectif du blog est surtout de me faire plaisir, écrire et partager ma passion.  Il y a encore un an, je pensais que mes articles trouvaient naturellement leur audience et je ne m’occupais pas trop du référencement. En fait, ça ne marche pas du tout comme ça ! J’ai installé un plugin sur WordPress pour optimiser les titres des articles et d’autres paramètres SEO mais je ne me limite pas à cela. D’une manière générale, je rédige spontanément puis je remanie mes articles en appliquant autant que possible les règles de référencement naturel. J’observe aussi ce que les internautes consultent lorsqu’ils ont lu mes articles récents. Ils s’orientent souvent vers des articles rédigés il y a 2 ans, cela m’étonne toujours ! J’essaie donc de retravailler ces “vieux” articles en ajoutant des mots et des expressions clés, des liens internes avec d’autres articles pertinents… Je fais plus attention et ça paye. Le trafic du blog a progressé pour atteindre environ 1100 visiteurs uniques par mois et j’enregistre plus de vues journalières.

4/ Rencontrez les autres Youtubers/ blogueurs dans la vraie vie ?

 Jeremy

Oui bien sûr ! On est toujours en contact par mail ou via Twitter mais on se fait aussi des apéros ou des petites soirées. Côté pro, les Youtubeurs de Toulouse et Bordeaux se voient régulièrement lors des live-tweet pour le compte d’Orange Occitanie.

L’un de mes amis gère Brain de Geek, un site très connu sur la région et en France puisqu’il rassemble plusieurs rédacteurs de différentes régions. Ça crée des liens et des rencontres.  La communauté des Youtubers est très sympathique et on accepte même de frayer avec des blogueurs et des blogueuses (rires). La preuve, je vois Lisa tous les jours !

Lisa

Un grand oui! C’est un des aspects du blogging que j’adore, parler sur la Toile avec d’autres blogueurs puis les rencontrer IRL (« In Real Life ») et qu’on partage notre passion à ce moment. D’ailleurs ces rencontres ont souvent lieu pendant des conventions dédiées aux jeux vidéo, et autres pans de la culture geek.

5/ Comment organisez-vous votre activité de youtuber/blogueuse au quotidien ?

Jeremy

Je réalise les contenus vidéos surtout le week-end pour planifier la mise en ligne sur YouTube durant la semaine.  Mais comme c’est ma passion, si je peux en faire tous les jours, je ne vais pas me gêner !

A mes débuts, le tournage et le montage d’une vidéo duraient en moyenne 3 heures. Aujourd’hui, je suis deux fois plus rapide parce que j’ai ma trame de montage, je sais où je vais et ce que je veux. L’installation du matériel (éclairages, trépieds, petites tables et accessoires) prend encore du temps et de la place car notre salon se transforme en studio éphémère à chaque tournage. Dès que nous pourrons déménager, le studio vidéo sera dans une pièce dédiée !

Lisa

Je trouve l’inspiration dans les communiqués de presse que je reçois et surtout les jeux que je teste, essentiellement des RPG, c’est à dire des jeux de rôles, avec une préférence pour le “Final Fantasy” japonais (Square Ebix, Bandai Namco…). Lorsque je prépare un article, je me renseigne en amont sur le jeu à tester, souvent en visionnant du Game Play.  Ensuite, je note tout ce que je découvre en jouant : l’histoire, la musique, mes premières impressions.  Le plan de mon futur article et la rédaction s’imposent naturellement. Il faut parfois approfondir mais je préfère rédiger dans l’immédiateté pour ne pas oublier certains éléments. J’essaie de publier au moins deux articles par semaine. Difficile de faire plus car cela nécessite beaucoup de travail. Il faut rédiger mais aussi relire, corriger, mettre en forme, trouver les images… J’écris le week-end ou parfois le soir en semaine selon l’inspiration ou l’envie.

6/ Avez-vous des partenariats avec des marques ?

Jeremy

Depuis l’an dernier, je suis en partenariat avec 1001 LOOT. Ça s’est fait très naturellement. Le point commun, ce sont nos passions et centres d’intérêts.  Le fondateur est comme moi fan de culture geek et de jeux vidéo. Il a lancé son entreprise et sa boutique en ligne de produits dérivés “Pop Culture”. Lorsqu’il a repéré mon activité sur Youtube, il m’a proposé un partenariat pour l’aider à développer sa communication digitale et créer sa propre chaîne Youtube. J’ai intensifié mon rythme de production de vidéos d’unboxing avec ses produits, ce qui a aussi contribué à augmenter le nombre d’abonnés à ma chaîne Youtube.

Lisa

De temps en temps. Je reçois souvent des propositions de partenariat auxquelles je réponds selon mes goûts et mes envies. Par exemple, une société de production m’a proposé de partager ou rédiger un article sur un reportage Arte consacré à l’e-sport. Une maison d’édition m’a contactée récemment pour savoir si j’étais intéressée à recevoir un livre pour en faire la review.

On m’envoie généralement des produits donc je n’ai pas vraiment de rémunération mais plutôt une compensation en nature. Je ne paie quasiment plus les jeux vidéos que je teste car les éditeurs me les envoient gratuitement lorsque je les sollicite. Cela me permet de vivre ma passion sans me ruiner !

7/ Devenir Youtubeur/blogueuse, qu’est-ce-que ça a changé dans votre vie ?

Jeremy

Adolescent, j’étais très timide. Filmer et partager mes vidéos m’a donné de l’assurance, en particulier lorsque j’ai commencé mes premiers unboxing en Facetime.  Grâce à cette activité, je rencontre aussi beaucoup de gens. Tout cela a décuplé ma fibre commerciale et communicante. J’aime faire la promotion d’une marque, le contact et l’échange, essayer de vendre. Si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas, je reviens plus tard ! Être vidéaste Youtuber me permet aujourd’hui d’allier plaisir, réseau et business.

Lisa

Au début, les gens me disaient que j’écrivais bien mais je pensais que n’importe qui pouvait faire la même chose. A force d’avoir des retours positifs, j’ai réalisé que mon blog plaisait vraiment, c’est très gratifiant et j’ai pris confiance en moi. Je rencontre aussi énormément de monde via les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, lors des événements geek et des conventions de jeux vidéo.

Ça a changé ma vie…en mieux !

8/ Comment avez-vous découvert le métier de Community Manager ?

Jeremy

Après mon licenciement, j’ai connu une vraie période de remise en question. Je ne trouvais pas d’emploi qui me correspondait dans le secteur import-export et j’avais envie de changement. Je voulais travailler dans le domaine commercial, faire de la communication et utiliser tout ce que j’aime au quotidien : l’informatique, le web, les réseaux sociaux…Avec mon activité de Youtuber, j’échange tous les jours sur les réseaux sociaux avec des Community managers. J’ai compris que leur métier correspondait précisément à mes attentes

Lisa

Je travaillais dans le contrôle de gestion mais je sentais depuis au moins deux ans que je n’avais pas envie d’évoluer ou de finir ma carrière dans ce domaine. J’avais besoin d’autre chose !

J’ai cherché un métier qui pourrait ressembler à ce que je faisais déjà avec ma passion.  En tant que blogueuse, je discute avec beaucoup de monde sur le net, en particulier des Community managers. En les questionnant l’an dernier, j’ai réalisé que je faisais déjà un peu de community management avec mon blog (animation de réseaux sociaux, organisation de jeux concours) et que le métier de Community manager était beaucoup plus vaste que je ne l’imaginais.  J’ai eu un déclic !

9/ Vous maîtrisez déjà bien les réseaux sociaux. Pourquoi avez-vous choisi de suivre la formation Community Manager de l’IFOCOP ?

Jeremy

Certains CM ont suivi des formations, d’autres ont appris le métier sur le tas. Moi, je voulais me former. C’est une chose d’être à l’aise avec le digital et ses outils mais j’avais besoin de me professionnaliser, acquérir des méthodes de travail. J’ai trouvé l’IFOCOP en cherchant sur internet, les retours des stagiaires étaient bons. Je me suis inscrit à une réunion d’information et le feeling est tout de suite passé.

Lisa

Beaucoup de gens m’ont dit que je n’avais pas besoin de diplôme. Pour ma part, je sais que se lancer en freelance est difficile. Sans diplôme, c’est encore plus risqué et je n’ai pas vraiment d’expérience conséquente. En tous les cas, j’estime que mon expérience de blogueuse n’est pas légitime même si les intervenants qui nous forment essaie aujourd’hui de m’en convaincre. Être autodidacte, c’est bien mais je pense qu’on n’a pas toutes les clés en main quand on apprend seul.  Je préfère avoir un diplôme qui certifie mes compétences et confirme que je peux exercer ce métier.

J’ai connu l’IFOCOP en recherchant sur le net et on m’a confirmé que la formation était sérieuse.

10/ Quelles sont vos premières impressions sur la formation Community Manager ?

Jeremy

Je suis très enthousiaste car la formation correspond à ce que j’attendais.  Nous n’en sommes qu’au début mais les premiers cours sont top. Grâce au module d’HTML & CSS, je sais maintenant lire le code d’une page web. Avant, je connaissais le langage uniquement de nom et je savais identifier des bouts de code mais je ne m’attardais pas dessus. Aujourd’hui, je sais repérer les erreurs, où et comment les corriger. Un vrai plus pour intervenir sur un site, une newsletter, etc..

Le cours Entreprise Mode d’Emploi pour la recherche de mission en entreprise est aussi très instructif. Nous avons travaillé nos CV et nos pitchs pour les entretiens de recrutement et la prospection téléphonique. Nous communiquons beaucoup et tout le monde donne son avis.  Le groupe, c’est pour moi le gros plus de la formation. Nous avons des expériences très différentes mais chacun apporte aux autres : moi la compétence vidéo, d’autres sont des blogueurs ou des graphistes. Même si nous ne venons pas des mêmes secteurs ou métiers, nous sommes un groupe très soudé.

Lisa

C’est très dense, il y a beaucoup à retenir. Je n’ai pas été aussi fatiguée intellectuellement depuis ma vie d’étudiante mais c’est une bonne fatigue et tout ne m’est pas inconnu. On apprend la théorie et on met ensuite en pratique, ça me plaît vraiment ! J’appréhendais le cours de Photoshop mais la prise en main du logiciel n’est pas si compliquée. Même si cela exige de la rigueur dans les manipulations, je suis ravie de pouvoir enfin retravailler des images que je trouvais sur internet. C’est très créatif, on peut vraiment s’éclater ! L’équipe pédagogique est au top et nous accompagne bien pour progresser. Habituellement, je suis paniquée pour les examens oraux mais tout s’est très bien passé. Partager le quotidien avec ma promo, c’est aussi très agréable et enrichissant car nous venons tous d’horizons différents. Les gens ne sont pas là pour juger ou sanctionner mais pour s’entraider.

11/ Selon vous, quelles sont les 3 prochaines compétences clés que vous allez acquérir grâce à cette formation ?

Jeremy

En priorité, l’animation de communauté. Ensuite, tout ce qui touche à la refonte de site internet sous WordPress. Je lance prochainement mon blog. Le nom de domaine est déposé, c’est un projet qui me tient à cœur et la formation va me donner les clés techniques. Enfin, la stratégie marketing globale. Savoir identifier les objectifs pour l’entreprise, définir le plan d’actions et mesurer les performances. Cette compétence, c’est la somme de multiples compétences. J’ai touché à des outils mais pas forcément comme il faut, j’ai des raisonnements et démarches qui pourraient être meilleurs. La formation va m’apporter la méthodologie qu’il me manque.

Lisa

La créativité parce que c’est quelque chose qui me manquait énormément dans mon métier d’avant. La stratégie web marketing parce que j’ai appris à faire des choses sur le tas mais je n’ai pas encore de méthodologie. Le lien social aussi parce que je suis à l’aise en société mais j’ai tendance à me brider.  J’apprends à prêter moins d’attention au regard des autres et lâcher prise.

12/ Quel genre de Community manager pensez-vous être ? (Question de Lisa)

Jeremy

Je pense être un CM proche de la communauté, avec beaucoup d’humour tout en restant professionnel ! Pour moi, l’humour et l’autodérision pour un CM ou une marque, c’est primordial pour accroître sa communauté.

13/ Un domaine de prédilection pour ton 1er poste en tant que CM ?  (Question de Jeremy) 

Lisa

Je rêverais de travailler dans le jeu vidéo que ce soit en entreprise ou en freelance mais c’est un secteur où les places sont chères. Par extension, un domaine touchant au milieu geek serait idéal: jeu vidéo, bande dessinée, littérature, cinéma, …

14/ Un mot pour conclure ?

Jeremy

Persévérance et passion, deux mots qui pour moi caractérisent un Youtuber !

Lisa

“Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait”. Une citation de Mark Twain que j’ai lue dans plusieurs livres de Bernard Werber.  Pour tordre le cou aux préjugés lorsque les gens disent “Non, tu n’y arriveras jamais. A 30 ans, ce n’est pas possible de changer de vie professionnelle”. Et bien oui, c’est possible !

15/ Et une petite surprise, ça vous dit ?

Jeremy et Lisa :  OUI !!!

Alors, rendez-vous la semaine prochaine pour un quiz spécialement conçu pour vous 😉

Ce témoignage vous a plu et vous souhaitez en savoir plus ?

 Découvrez la formation de Community manager IFOCOP – Formation en alternance niveau II reconnue par l’Etat et éligible au CPF

Demande d'informations (réponse sous 48h) S'inscrire à une réunion d'information