FORMER POUR L’EMPLOI Une expertise éprouvée de la reconversion professionnelle et de l’alternance, avec certification RNCP

Apprendre à apprendre : les 3 règles d’or pour cultiver sa capacité d’apprentissage.

Symbole d’une grande agilité intellectuelle, la capacité d’apprendre en continu (learnability) est en passe d’intégrer le palmarès des qualités les plus recherchées par les recruteurs de nos jours. Mais alors… comment « apprendre à apprendre » ?

Death to Stock

 Règle d’or N°1 : Se faire confiance

La peur serait le principal obstacle à l’apprentissage des adultes. C’est ce qu’affirment de nombreux experts, aux rangs desquels le physiologiste et directeur de Laboratoire de didactique de Genève, André Giordan. Premier conseil, donc : dédramatisez ! Car contrairement aux idées reçues – et plusieurs études l’attestent – on n’apprend pas moins bien quand on est adulte, on apprend juste différemment.

Les adultes disposent même d’un avantage sur les plus jeunes lorsqu’ils se lancent dans l’acquisition d’un nouveau savoir : le cerveau met mieux en relation les connaissances, quand l’instinct (l’expérience ?) les met en perspective. Les adultes savent donc donner du sens à ce qu’ils font, apprendre « avec intelligence » et ne doivent pas craindre la saturation :

« La mémoire ne fonctionne pas comme une bibliothèque avec des tiroirs, mais exactement l’inverse, comme un réseau. Elle ne sature pas, il est toujours possible d’apprendre quelque chose de plus », rassure André Giordan.

Autrement dit, plus vous mémorisez, plus vous pouvez mémoriser ! Donc, on balaie d’un revers de la main angoisses et préjugés et on se DÉ-TEND !

Règle d’or N°2 : Se former en continu

Seule alliée durable pour maintenir et optimiser nos capacités d’apprentissage dans le temps, la formation continue suggère d’être curieux et ouvert d’esprit. La motivation joue aussi un rôle essentiel dans la réceptivité de nouveaux acquis. Elle peut faire des miracles, à en croire les nombreux témoignages d’anciens élèves IFOCOP et leurs histoires de reconversion professionnelle. Contrat pro, e-learning…

Chacun choisira sa méthode selon ses propres contraintes, mais pour tous, un même constat : la mise en application des acquis théoriques lors d’exercices pratiques et de stages en entreprise permet une meilleure compréhension (et donc une meilleure intégration) des apprentissages.

« Aujourd’hui, on demande aux individus d’être en capacité d’apprendre en permanence, de « mettre à jour le logiciel ». Cela veut tout simplement dire que tout au long de notre carrière et de notre vie en entreprise, nous sommes désormais amenés à évoluer. C’est une bonne chose, surtout que l’accès à la formation continue, en interne comme en externe, s’est largement démocratisé », analyse Sarah L., spécialiste du bonheur en entreprise.

« Savoir apprendre tout au long de sa vie permet de bénéficier d’une certaine autonomie et d’assumer des responsabilités professionnelles plus grandes »

Sarah L., spécialiste du bonheur en entreprise.

A l’école comme en entreprise, un bon moyen de se motiver consiste à se remémorer les bénéfices de son apprentissage dans son quotidien scolaire ou professionnel. Les experts invitent ainsi les personnes soucieuses de développer leur « learnability » à activer leur capacité d’écoute active. Rien de très compliqué, puisque cela consiste à respecter une règle simple : moins parler, écouter plus.

Règle d’or N°3 : Chercher à s’adapter plutôt qu’à emmagasiner des connaissances

Nous ne sommes pas des machines… Et nous n’en serons jamais ! Alors, laissons aux ordinateurs le soin d’emmagasiner une quantité infinie de savoirs et, au stockage, préférons l’apprentissage constant et mesuré qui construira petit à petit la véritable « expertise métier » recherchée par les recruteurs. Ajoutons à cela la notion d’agilité face au changement et une capacité à la prise de décision et notre employabilité n’en sera que décuplée.

« La transformation des métiers alimentant un besoin croissant de formation pour les individus, le travail normé et répétitif a laissé la place à des métiers nécessitant de nouvelles expertises, des capacités d’initiative, d’autonomie, de responsabilité et d’adaptabilité », estime le sociologue  Philippe Carré, pour qui les connaissances et les compétences sont carrément devenues « un élément vital » et une formidable source de création de richesse pour les organisations.

« Aujourd’hui, la réussite professionnelle est caractérisée par la capacité d’une personne à s’offrir de meilleures perspectives de carrière. Ainsi, apprendre tout au long de sa vie permet de maîtriser et sécuriser son parcours professionnel. En permettant à ses effectifs de se former et d’acquérir de nouvelles compétences, l’entreprise peut, de son côté, améliorer sa compétitivité et préparer l’évolution de ses métiers », poursuit-il.

Notre conseil pour développer vos capacités d’apprentissage et ne pas vous décourager face à la première difficulté : prenez la peine d’identifier vos faiblesses pour mieux les pallier. Et chérissez vos points forts comme autant d’armes pour y parvenir. Posez-vous donc les bonnes question : ai-je vraiment une si mauvaise mémoire ou se pourrait-il que je manque plutôt de motivation ?

Mon environnement direct me permet-il d’apprendre ? Ma méthode est-elle idéale ? Mettez ensuite à profit vos qualités personnelles (sens de l’organisation, ténacité…) pour booster vos ambitions professionnelles.

  Se pré-inscrire à une formation métier  


Article rédigé en partenariat avec un journaliste.

 

Xavier Paccagnella exerce en tant que consultant et journaliste depuis déjà 10 ans. Ses multiples expériences en tant que rédacteur en chef de revues spécialisées (emploi, économie, recrutement et formation…) lui ont permis de développer une approche experte, qu’il entretient grâce à un travail de veille informative rigoureux.

Contact : xavier.paccagnella@live.com