FORMER POUR L’EMPLOI Une expertise éprouvée de la reconversion professionnelle et de l’alternance, avec certification RNCP

Convaincre un recruteur : comment faire ?

Trucs et astuces (sans mentir) pour convaincre un recruteur que le bon candidat pour le poste, c’est vous !

 

AVANT LA RENCONTRE

Ca y est, vous avez décroché un entretien d’embauche. Félicitations, il ne vous reste plus qu’une seule étape avant votre potentiel recrutement ! Ce n’est donc pas le moment de baisser la garde. Pour optimiser vos chances et conduire à un entretien concluant, on vous conseillera fortement d’éviter l’improvisation mais, au contraire, de préparer quelques repères utiles pour le jour J. Relisez par exemple votre CV et dégagez, dans celui-ci, une ou deux expériences significatives pour le poste visé. C’est sur celles-ci que vous appuierez votre argumentaire si l’on vous questionne sur vos expériences. Anticipez les questions classiques de type : pourquoi postulez-vous chez nous ? Autre point essentiel : se renseigner sur l’entreprise et prévoir deux ou trois questions, qui seront les témoins de votre intérêt.


À faire : emmener avec vous une lettre de recommandation ou un document montrant l’une de vos réalisations en lien avec le poste convoité.

À ne surtout pas faire : négliger sa tenue vestimentaire ou afficher un look trop en décalage avec le poste visé. Apprendre par cœur sa présentation (ça sonnera faux à l’oreille du recruteur). Arriver en retard ou trop en avance. Soyez-là 15 minutes avant l’heure fixée et annoncez-vous poliment à l’accueil.

 PENDANT L’ENTRETIEN

Gardez en mémoire qu’un entretien consiste à séduire votre interlocuteur (sans bien sûr lui mentir ou sortir du cadre professionnel). Il vous faudra donc mettre en avant vos atouts. Inutile de débiter chaque ligne de votre CV à l’oral. Mettez plutôt l’accent sur votre profil de candidat : parcours, qualités principales, compétences attrayantes ou complémentaires… Amenez discrètement le recruteur à vous questionner sur l’une de vos précédentes réalisations. Insistez sur les résultats obtenus. Soyez bref tout en étant précis, rationnel tout en gardant de la hauteur. Prenez conscience de la fonction de votre interlocuteur : un DRH s’intéressera en priorité à votre profil, un patron de TPE/PME à vos compétences techniques. Jouez-là caméléon ! N’oubliez pas, enfin, d’afficher un large sourire et de témoigner de votre enthousiasme pour le poste. Prévoyez une ou deux questions sur l’entreprise et ses perspectives : effet garanti. N’oubliez pas que l’unique but de cette rencontre est de faire ressentir au recruteur que vous êtes compatible avec les missions inhérentes au poste visé, les valeurs de l’entreprise. Au moment de prendre congé, rassurez-le sur votre disponibilité pour lui répondre, si toutefois un sujet n’avait pas été évoqué.


À faire : soigner sa posture (poignée de main ferme, se tenir droit sur sa chaise, regarder son interlocuteur sans les yeux, veiller à son débit de paroles, etc.), écouter et prendre quelques notes sur un petit carnet.

 À ne pas faire : parler sans s’arrêter, critiquer votre précédent employeur, évoquer de vous-même vos lacunes ou échecs du passé, adopter une position neutre et mutique, faire percevoir à l’employeur votre désespoir de décrocher cet emploi, être trop familier… C’est votre attitude qui fera toute la différence.

 APRÈS L’ENTREVUE

L’art de conclure… Toute une histoire ! Pour vous rappeler poliment à la mémoire du recruteur, ne manquez pas cette ultime démarche, ô combien essentielle : envoyer un court e-mail le soir ou le lendemain de votre entretien. Confirmez-y-en une phrase votre intérêt pour le poste, votre motivation à intégrer cette entreprise-là (et pas une autre) et remerciez chaleureusement votre interlocuteur pour le temps consacré à vous recevoir. Cette phase de suivi n’est pas à négliger car elle atteste de votre professionnalisme. Patientez ensuite calmement et autorisez-vous une relance environ 1 semaine après votre entrevue.


À faire : au moment de prendre congé avec le recruteur, oser une poignée de main un peu plus longue que lors des salutations, pour « faire durer » le contact (1 ou 2 secondes), informer qu’on s’autorisera à reprendre contact dans quelques jours pour se tenir mutuellement informé, …

À ne pas faire : relancer plus de 2 fois (ou via les réseaux sociaux personnels du recruteur), venir sur place pour obtenir une réponse, tout miser sur cet entretien et interrompre vos recherches en parallèle…

 

  Se pré-inscrire à une formation métier