Découvrons à présent le témoignage de Gaël, 51 ans et spécialiste du contrôle qualité dans le monde aéronautique. Ou comment à l’issue d’un plan social, et donc d’un congé de reclassement, un homme a transformé routine professionnelle en opportunité pour donner un nouvel élan à sa carrière.

Gaël, on vous retrouve à l’aube de la cinquantaine sur les bancs de l’école !

Eh bien oui. Enfin, il est plus exact de dire « devant votre ordinateur » car j’ai justement choisi la Formule Compacte pour son format télé-présentiel. Mais c’est peut-être la définition moderne de l’école ? Surtout au regard du contexte actuel… Toujours est-il que oui, par le biais d’ifocop, je prépare ma prochaine certification professionnelle de Responsable Qualité QHSE*. Nous venons d’achever, avec mes camarades de promotion, la partie théorique. Je démarre en ce moment la période d’immersion en entreprise qui, elle aussi, sera « compacte » puisqu’elle se déroulera sur 10 semaines.

*Hygiène, Sécurité, Environnement

Certains candidats trouvent que le rythme de la formation est intense. 

Il est évident que pour se former à un nouveau métier en 5 mois, montre en main, stage compris, c’est intense. Mais c’est ce que recherchent, je pense, la majorité d’entre nous. Un enseignement pratique, mais de qualité et une certification rapide pour ne pas rester éloigné trop longtemps du marché du travail. La Formule Compacte répond en tous points à ce qu’on m’avait annoncé dès le départ.

Comme souvent lors des congés de reclassement, on se retrouve un peu perdu et on improvise.

Cela n’a pas été mon cas. Les choses se sont au contraire dessinées très vite. J’ai été licencié en décembre dernier et dès avril, j’intégrais ifocop. C’est le cabinet de reclassement qui m’a orienté jusqu’à chez vous. Après plusieurs entretiens visant à définir mes compétences, mes aptitudes et surtout mes envies, se sont dégagées 3 options : soit je repartais immédiatement en recherche d’un emploi sur un poste équivalent ; soit j’optais pour une reconversion plus ou moins radicale, soit je me professionnalisais dans mon domaine, la qualité. J’ai choisi cette dernière option car j’aime mon métier, même si je dois avouer que j’étais doucement mais sûrement en train de m’orienter vers le management de la qualité. Ce à quoi finalement je me forme aujourd’hui de façon pleine et entière.

Comment avez-vous intégré ifocop ?

J’ai commencé par une Validation des Acquis Professionnels (VAP), qui m’a permis de valider le niveau exigé pour postuler, j’ai ensuite envoyé un dossier d’inscription et passé un entretien. Mon profil a été retenu. Et puis tout s’est enchainé jusqu’à aujourd’hui.

La formation comprend une période d’immersion professionnelle en entreprise. Où allez-vous l’effectuer et quelles sont les missions au plan de charge ?

J’ai été retenu pour un stage dans l’industrie pétrochimique. Ma mission s’articulera principalement autour de deux chantiers : réviser intégralement, sur deux sites de l’entreprise, les documents, procédés et modalités d’information aux personnels, des consignes incendie. S’il me reste un peu de temps, on m’a demandé de me pencher sur la loi AGEC, qui entrera en vigueur en janvier prochain et qui apportera de nouvelles obligations, notamment en termes de sécurité et de préservation environnementale. C’est une mission passionnante, bien que sans contrat à la clé, mais je ne suis pas inquiet. Ce que je recherchais avant toute chose, c’était un stage à haut potentiel pour disposer d’une expérience nouvelle. J’entends par là une expérience complémentaire avec mon cursus qualité, entièrement centré autour de l’aéronautique.

Qu’est-ce qui vous rend si serein ?

L’expérience, la sagesse (sourire) et surtout la certitude que le métier de Responsable Qualité HSE est porteur sur le marché de l’emploi. Les offres sont nombreuses, il y a le choix. Je préfère prendre le temps de bien étudier chaque profil d’offre avant de postuler. Et comme les métiers de la qualité, c’est très transversal, les opportunités sont multiples. Pour autant, je me verrais bien poursuivre dans l’industrie, car c’est un monde que je connais bien pour y avoir passé l’essentiel de ma carrière.

Tant qu’à y être, si un recruteur nous lit : quel serait le job idéal ?

Responsable qualité avec une vraie dimension d’animateur. En mettant l’accent sur la formation des collaborateurs plutôt que sur les process administratifs à proprement parler.

Que retenez-vous de cette formation ifocop ?

Un tas de choses, mais notamment de précieux outils de travail. J’ai par exemple beaucoup apprécié le module MRP (Méthodes de résolution de problèmes) ou de travailler avec les formateurs sur la compréhension des normes ISO et des outils méthodologiques comme SST… C’est un nouveau monde qui s’ouvrait à moi. J’ai pu apprendre à me servir d’un logiciel d’édition de diagrammes de Gantt, très utile pour répartir et répertorier tâches et plannings. L’audit aussi ! J’étais habitué à conduire des audits internes. Là, j’ai appris à auditer un système toute entier de management de la qualité. Bref, c’est non seulement très complet, mais surtout très pratique en milieu professionnel.

CV Express :

Technicien d’atelier en usinage à compter de 1999. À partir de 2004, entrée dans le secteur aéronautique avec une évolution de carrière, sur 16 ans, dans le contrôle qualité. 2020 : perte d’emploi. 2021 : Formation Responsable Qualité HSE en Formule Compacte avec ifocop.

J’ai très vite pris conscience de la nécessité d’acquérir de nouvelles compétences pour répondre aux exigences de mon futur métier ».

Ce témoignage vous a plu ?

Découvrez la Formation Responsable système QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement)