En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

IFOCOP Le spécialiste de la formation tertiaire en alternance pour adultes

L'Ifocop est qualifié ISQ-OPQF pour la garantie d'un engagement de prestation de qualité.

« Je souhaitais devenir comptable et trouver rapidement un emploi dans ce métier. La formation Assistante en gestion des entreprises de l’IFOCOP correspondait à mes attentes. »

Nourel Amzil a suivi deux formations coup sur coup à l’IFOCOP. Déjà diplômée Technicien comptable spécialisation paie, elle a souhaité poursuivre avec la formation Assistante en gestion des entreprises afin de devenir comptable. Embauchée en CDI à l’issue de sa mission de stage, Nourel est aujourd’hui en poste à École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette : «J’aime l’autonomie dont je bénéficie, les responsabilités et l’esprit d’initiative.»

nourel  amzil  stagiaire formation portrait

Bonjour Nourel, quel a été ton parcours avant d’intégrer l’IFOCOP ?

J’ai travaillé 7 ans en tant que responsable dans le secteur de la restauration. Lorsque je me suis inscrite à l’IFOCOP, j’avais le statut de demandeur d’emploi et j’ai obtenu le financement de mon projet de formation par le Conseil Général.

Pourquoi avoir choisi la formation Assistante en gestion des entreprises de l’IFOCOP ?

J’étais déjà diplômée de la formation Technicien comptable spécialisation paie en 2013 et je connaissais donc déjà bien l’IFOCOP. Je souhaitais devenir comptable et trouver rapidement un emploi dans ce métier. Le programme de la formation Assistant(e) de gestion, en particulier la mission de 4 mois en entreprise, correspondait à mes attentes. J’ai donc enchaîné 2 formations coup sur coup !

Quel est ton avis général sur la formation théorique ?

J’aime son efficacité, sans blabla théorique inutile. L’enseignement est technique et pratique et les intervenants sont passionnants.

Comment as-tu organisé ton rythme de travail ?

Tout s’est bien passé, je ne me suis pas sentie dépassée ni surchargée par le rythme de travail. Il faut dire qu’avec ma première formation, j’étais déjà bien rodée. Mon organisation était très simple : lorsque je finissais les cours, j’étais totalement dans ma vie privée. J’assimile très vite et je retiens parfaitement ce que je comprends. Je n’ai donc jamais relu un cours ni révisé un examen. J’ai toujours agi ainsi et cela fonctionne bien.

Qu’est–ce qui t’as semblé le plus difficile et le plus agréable durant la formation ?

Rechercher un stage est difficile, cela nécessite autant d’énergie et de ténacité que la recherche d’emploi. Heureusement, il y a le plaisir d’avancer, faire de nouvelles rencontres, découvrir des milieux différents. Mon groupe de promo était très chaleureux et motivé, nous sommes restés très liés.

Comment as-tu trouvé ton stage pratique en entreprise ?

Grâce à mon responsable de formation qui m’a relayé une offre. Lors de l’entretien de recrutement, j’ai été reçue par une ancienne stagiaire de l’IFOCOP qui suivait son mari muté dans le sud de la France. Cette première rencontre fut très positive, nous avons toutes les deux bien accroché. Au final, sur 15 candidats, c’est moi qui a été choisie !

Qu’as-tu pensé de l’accompagnement de l’IFOCOP ?

J’ai beaucoup apprécié le soutien et la disponibilité de l’équipe du centre IFOCOP Cergy, en particulier de la part de mon responsable de formation, une vraie nounou !  Le module d’accompagnement à la recherche de stage est sécurisant mais je n’ai pas en revanche trop ressenti le besoin d’être « coachée ».

Quelles étaient tes missions durant le stage ?

J’ai intégré École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette (ENSAPLV), un établissement public dépendant du Ministère de la Culture. J’ai réalisé des missions de contrôle de gestion des crédits et subventions attribués aux 6 laboratoires de l’école, un travail rigoureux et minutieux.  Il s’agissait également d’assurer la continuité du service, pallier les absences. Enfin, j’avais un rôle de régisseur et, à ce titre, je validais les inscriptions et j’encaissais les droits.

Comment as-tu mis en pratique les enseignements de la formation théorique ?

Au début de la mission pratique, j’avais avec moi mon plan comptable, et tout le reste était bien ordonné dans ma tête.

Que retiens-tu de cette mission pratique en entreprise ?

C’est un plus indéniable pour maîtriser les gestes techniques de toutes les notions apprises durant la formation théorique, et gagner en aisance. Cela m’a permis d’être tout à fait opérationnelle, et j’ai découvert la comptabilité publique.

Depuis, tu as été embauchée dans ton entreprise de stage. Parle-nous de ton métier aujourd’hui…

Oui, mon stage s’est si bien passé qu’il s’est transformé en CDI. Aujourd’hui, je poursuis les mêmes missions dans le service comptabilité recherche. Le travail est très intéressant, l’ambiance agréable et je jouis d’une grande autonomie. Au quotidien, cela nécessite de l’agilité pour gérer parfois des urgences et surtout beaucoup de concentration tant le moindre détail peut être problématique. C’est l’argent de l’État, il n’y a pas le droit à la moindre erreur.

Qu’apprécies-tu le plus dans ton poste aujourd’hui ?

J’aime l’autonomie dont je bénéficie, les responsabilités et l’esprit d’initiative. Seul petit bémol, mon évolution ne peut se faire que par les concours administratifs, pas par la reconnaissance du travail fait.

Selon toi, quelles sont les principales évolutions à venir dans ton métier ?

Une évolution surtout, et de taille, la dématérialisation toujours plus importante, particulièrement à partir de 2020.

Ton prochain défi ?

J’aimerais changer d’échelon et pourquoi pas d’administration. Mon rêve serait de parvenir à intégrer Bercy, le paradis des comptables passionnés… ou la Défense, j’aime bien l’uniforme !

3 conseils pour réussir sa formation à l’IFOCOP ?

Être très organisé dès le début. Ne surtout pas se comparer, regarder droit devant et ne pas avoir d’états d’âme. Et bien sûr, prendre du plaisir à se former, chercher à être heureux.

Ton mot de la fin ?

Si l’on s’en donne les moyens, on a tous droit à une deuxième chance, sans limite d’âge.

Ce témoignage vous a plu et vous souhaitez en savoir plus ?
 Découvrez la formation Assistante en gestion des entreprises IFOCOP – Titre RNCP III
Demande d'informations (réponse sous 48h) S'inscrire à une réunion d'information