En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

IFOCOP Le spécialiste de la formation tertiaire en alternance pour adultes

L'Ifocop est qualifié ISQ-OPQF pour la garantie d'un engagement de prestation de qualité.

Témoignage de Valérie BALMETTE, stagiaire Community manager Promotion 2016 IFOCOP à Rungis

Pour réussir sa reconversion professionnelle, Valérie Balmette a opté pour la formation Community manager de l’IFOCOP en Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP). Forte de près de vingt-trois ans d’expérience professionnelle dans le tourisme culturel, elle acquiert aujourd’hui de nouvelles compétences digitales. Découvrez son témoignage à quelques jours de son entrée en stage !

 

Quel métier exerçais-tu avant d’intégrer l’IFOCOP ?

Je travaillais dans le secteur du tourisme culturel. J’étais Responsable production, brochure et content management chez Donatello, un tour opérateur. J’encadrais une équipe de six personnes et ma principale mission consistait à négocier les tarifs avec les hôtels, les compagnies aériennes et toutes les prestations liées au tourisme culturel (musées, spectacles, opéras…) pour la zone Europe du Sud (Italie, Sicile, Sardaigne et Malte). Je rédigeais également les textes des brochures print et contenus web et je gérais la conception des pré-maquettes pour le studio graphique. Enfin, j’assurais l’interface entre les différents services : marketing, vente, presse, après-vente…

Comment as-tu financé ta formation ?

J’ai été licenciée suite au dépôt de bilan de ma société en janvier 2015. J’avais constaté les difficultés de mon entreprise plusieurs mois avant l’annonce de mon licenciement économique et je m’étais préparée en conséquence. Après avoir réalisé le bilan de mon parcours professionnel, j’ai scruté les offres d’emploi dans le domaine du tourisme et du digital. Cela m’a permis d’avoir une bonne idée du marché et des compétences demandées. Mon nouveau projet professionnel était donc mûr lorsque j’ai accepté le contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Comme le dispositif le prévoit, ma demande de formation a été instruite par le Pôle Emploi et son financement assuré par l’OPCA dont dépendait mon ancien employeur.

Concrètement, comment as-tu présenté ta demande de formation ?

J’ai fait part de mon souhait de formation dès mon premier rendez-vous avec le conseiller chargé de nous accompagner dans le cadre du CSP. Il m’a confirmé que mon projet était cohérent avec mes compétences acquises et les besoins du marché de l’emploi.

J’ai contacté la responsable de la formation Community manager du centre IFOCOP Rungis pour m’inscrire à une réunion d’information et j’ai ensuite passé un entretien individuel avec le responsable de formation.

Lors du second entretien avec le conseiller, j’étais déterminée à suivre la formation et j’ai préparé mon dossier en vue du rendez-vous avec le Pôle Emploi : CV actualisé, devis de formation, détail du programme pédagogique, sélection des offres d’emploi … Le calendrier du CSP est très normé, il faut respecter les délais et étapes clés.  Deux mois et demi se sont écoulés entre la cessation d’activité de mon entreprise et le début de ma formation mais cela m’a paru très long. Le traitement de mon dossier a connu quelques rebondissements mais je suis restée déterminée et persuasive. J’ai obtenu la confirmation de mon inscription à la formation 48h avant la rentrée.

Pourquoi as-tu choisi la formation Community Manager à l’IFOCOP Rungis ?

J’avais intégré mon ancienne entreprise en tant qu’agent forfaitiste moyen-courrier en 1992 puis évolué en interne. Je recherchais donc une formation diplômante pour attester de mon niveau de compétences.

Les causes de cessation d’activité de mon ancienne entreprise sont diverses mais les difficultés liées à la transition digitale ont incontestablement eu un fort impact. Une formation intégrant les outils de communication numériques m’apparaissait donc indispensable pour actualiser mes connaissances et favoriser mon retour à l’emploi. Je connaissais le marketing opérationnel, le travail d’écriture web. Les réseaux sociaux m’étaient également familiers puisque j’utilise Facebook depuis 2009, Pinterest ou encore Instagram. Mais je ne connaissais pas le terme de Community manager ! C’est en effectuant mes recherches de formations que j’ai découvert ce métier.

Le centre IFOCOP Rungis est situé près de de mon domicile. La formation Community manager correspond aux critères du CSP en terme de durée, de coût et d’objectifs : un format court de 6 mois en alternance pour une reconversion professionnelle efficace et un retour à l’emploi rapide.

Qu’as-tu pensé de la formation théorique ?

Le programme est complet et les cours sont denses. J’ai apprécié en particulier le module community management avec l’atelier de travaux pratique « fil rouge », un exercice individuel au cours duquel il s’agit de définir une stratégie marketing pour une marque existante ou fictive. J’avais choisi la thématique des musées et je me suis bien prise au jeu !

Le cours d’HTML était une grande nouveauté mais je n’ai pas eu de peine à l’aborder. On apprend à créer un fichier HTML avec les principales balises, un fichier CSS et les faire fonctionner ensemble. C’est à la fois ludique et très structuré.

J’utilisais déjà Photoshop avant de débuter la formation mais le cours m’a permis d’actualiser mes connaissances et utiliser le logiciel de façon plus méthodique. Je ne connaissais pas le fonctionnement de la publicité sur Internet. Le cours d’E-Publicité m’ont permis de me familiariser avec les formats d’annonces et les principaux modes d’achats (search, publicité Display, affiliation, e-mailing…). Les travaux de groupe sur l’utilisation des mots clés facilitent l’apprentissage des règles de base en référencement. J’attends avec impatience de découvrir le module Google Analytics pour en comprendre mieux les fonctionnalités. Je regarde régulièrement le tableau de bord sur le site web de mon mari mais l’outil Google est complexe et il n’est pas évident de bien interpréter les données.

Le rythme de travail est intense et la fatigue arrive avant la fin du premier mois de formation. Il faut alors trouver son rythme et apprendre à gérer beaucoup d’informations issues des cours, des ateliers et des outils d’administration, d’alerte ou de veille que nous découvrons au fur et à mesure.

Comment s’est déroulée ta recherche de stage ?

La recherche de stage est le moment le plus difficile de la formation. J’étais stressée par rapport à mon âge car le terme stagiaire est associé à « jeune » et j’avais l’angoisse de ne pas être légitime en entretien. C’est toute la complexité de la reconversion professionnelle : tu as certes une expérience en entreprise, parfois même assez longue mais tu es en cours d’acquisition de nouvelles compétences que tu dois valoriser pour décrocher le stage.

L’une de mes amies travaille pour le Centre Culturel des Portes d’Essonne et m’a parlé d’une possibilité de stage. L’entretien avec son responsable hiérarchique a été concluant, je commence donc ma mission pratique dans quinze jours !

Quelles seront tes missions durant cette période d’application pratique ?

Le Centre Culturel des Portes d’Essonne regroupe cinq communes : Morangis, Savigny, Athis Mons, Juvisy et Paray Vieille-Poste. Avec deux cinémas, un théâtre et l’espace Jean Lurçat qui propose 500 places, la programmation culturelle est importante mais personne ne gère vraiment la communication sur les réseaux sociaux. Je vais donc animer les fils Facebook et Twitter et proposer un nouveau cahier des charges.

Le stage va durer deux mois. C’est un peu court pour faire ses preuves et montrer des résultats significatifs en matière de réseaux sociaux mais je suis ravie de pouvoir mettre en pratique les acquis de la formation théorique.

Comment envisages-tu ton retour à l’emploi ?

J’envisage sereinement mon avenir après la formation IFOCOP.  Rebondir suite à un licenciement économique n’est pas chose aisée mais je suis convaincue que la reconversion professionnelle est la meilleure voie possible pour retrouver un emploi.

Je ne sais pas si ma mission pratique débouchera ensuite sur un CDI mais cette période me permettra de crédibiliser et valoriser mes nouvelles compétences auprès de mon prochain employeur.

Forte de mon expérience professionnelle dans le domaine du tourisme, je souhaite m’investir plus particulièrement dans le tourisme culturel en associant community management, travail de rédaction web et création graphique digitale.

Comment ton entourage réagit il par rapport à ton projet de reconversion professionnelle ?

Mon entourage me soutient et m’encourage totalement dans ma démarche de formation et de reconversion professionnelle. Mon mari est en activité et se montre positif. En revanche, comme mes enfants, mes parents et même la plupart de mes amies, il ne comprend pas très bien en quoi consiste mon nouveau métier. Je lui explique ce que j’apprends au quotidien mais je fais tout de même figure d’extra-terrestre !

Le Community manager étant par essence un professionnel connecté, la formation vous amène rapidement à gérer l’interaction permanente. C’est passionnant mais parfois addictif. Il faut savoir débrancher et ma plus jeune fille veille à ce que je n’emporte pas mon ordinateur lorsque nous partons en vacances.

Des loisirs ?

Avant ma formation, je lisais beaucoup de thrillers ou de romans de science-fiction. Aujourd’hui, mes lectures concernent surtout les réseaux sociaux.  Je reste tout de même une inconditionnelle de la revue IDEAT et je fais de la céramique car j’aime créer et décorer.

Passionnée d’art et de mode, je suis toujours à l’affût d’une exposition ou d’une installation éphémère. C’est si agréable de prendre le temps d’être entouré de belles choses, s’arrêter devant ce qui te plaît, photographier… L’exposition de Jean-Paul Gautier au Grand Palais le printemps dernier était superbe, j’attends impatiemment la « Picasso Mania » en octobre.

Voyager fait aussi partie de mon équilibre. Je connais bien l’Espagne, l’Italie, la Grèce ou encore l’Ile Maurice et je m’y rends dès que j’en ai l’occasion.  Je rêve aussi de visiter Berlin ou encore le musée Guggenheim à New-York.

La formation Community manager de l’IFOCOP prévoit que chaque stagiaire travaille sur un projet de blog personnel. Quel thème as-tu choisi ?

Je souhaite intégrer une partie blog au site internet de mon mari, photographe amateur : www.pierreduquoc.fr. La refonte du site s’impose au préalable puisqu’il est actuellement réalisé en flash, un format que les navigateurs ne prennent plus en charge depuis début septembre. Nous avons déjà choisi un thème WordPress.

Le blog permettra de publier régulièrement des billets sur des tests de matériel, des coups de cœur pour d’autres photographes, etc… La stratégie éditoriale reste encore à définir car le client est exigeant ! Mon mari est également présent sur les réseaux sociaux mais sans réelle cohérence ou objectifs clairs. Je prévois donc de « professionnaliser » son image via le social media pour accompagner le lancement du blog et développer sa notoriété.

18-Facebook Pierre Duquoc

©  Page Facebook – Pierre Duquoc

3 conseils pour réussir sa formation Community manager à l’IFOCOP ?

Tout d’abord, rester en contact avec l’actualité en général et social media en particulier.

Au cours de la formation, j’ai appris à  me constituer un glossaire des outils de veille et une liste de sites internet à suivre. J’ai activé des flux RSS et je suis abonnée à plusieurs newsletters.

Au fur et à mesure que vous vous appropriez les outils, devenir actif sur les réseaux sociaux vous permet de comprendre les bonnes pratiques et repérer les influenceurs.

Le plus délicat à mon sens est de gérer l’infobésité et une certaine addiction à l’écran. A chacun de développer sa propre stratégie : sélection des sources d’informations, paramétrage des applications, déconnexion ou pas en soirée ou le week-end, etc…

Mes autres conseils s’adressent à tout stagiaire qui intègre l’IFOCOP. Planifier des séquences de travail en fonction de son rythme. Moi, je suis du matin. Si l’on ne parvient plus à avancer dans un exercice ou l’apprentissage d’un cours, s’autoriser des pauses. Chez moi, par exemple, je prends le temps de faire un tour dans mon jardin.

Ton bilan ?

L’an dernier à la même période, j’étais angoissée parce que je voyais mon entreprise dans l’impasse. Les quelques mois de suspense avant l’obtention de ma formation ont été éprouvants. La rentrée à l’IFOCOP représentait un nouveau départ. J’étais alors plutôt sereine et curieuse de découvrir les cours.

Reprendre les études, c’est difficile surtout lorsqu’on n’a plus vingt ans. Cela implique aussi de changer sa manière d’appréhender les relations : avant je manageais des équipes, maintenant j’écoute et j’apprends. Certaines de mes ex-collègues ne se sentaient pas prêtes à faire le pas de la reconversion professionnelle. Et pourtant, quel plaisir d’apprendre et se former ! Et j’ai la chance d’être entourée ou de rencontrer des gens qui me boostent.

Aujourd’hui, je suis positive et convaincue qu’il ne faut pas attendre pour oser et se réinventer.

Ce témoignage vous a plu et vous souhaitez en savoir plus ?
> 
Découvrez la formation Community manager IFOCOP – Titre RNCP II  (Code CPF 2643)

Demande d'informations (réponse sous 48h) S'inscrire à une réunion d'information