N°1 DE LA RECONVERSION Une expertise éprouvée de la reconversion professionnelle et de l’alternance, avec certification RNCP

Camille : « Cette formation m’a permis de me découvrir sous un autre jour ».

Il est des parcours de formation particulièrement inspirants, surtout quand l’apprentissage d’un nouveau métier ou de nouvelles compétences survient à l’issue d’un plan social et qu’il contribue à redonner confiance.

Camille aurait pu déchanter en plein vol, mais cela eût été, avouons-le, un comble pour une hôtesse de l’air. À 38 ans, cette ancienne chef de cabine, un temps auditrice pour sa compagnie aérienne et coordinatrice de la formation des pilotes n’aura en effet pas échappé à la crise de l’aérien et fait partie, comme nombreux de ses collègues en ce moment, d’un plan social. Après 15 ans d’activité professionnelle sans interruption, la voilà en « congé de reclassement » et en formation grâce à une prise en charge intégrale par son ancien employeur, comme le prévoit la loi française.

Mais arrêtons là les métaphores et jeux de mots pour nous concentrer sur le véritable intérêt de son témoignage : son incroyable capacité à rebondir et à croiser l’ensemble de ses compétences pour non seulement donner plus de valeur à son CV, mais aussi booster son employabilité. Pourquoi affirmons-nous une telle chose ? Parce qu’à 24h du début de son immersion professionnelle en entreprise (pour une durée de 2,5 mois, comme le prévoit la formule compacte ifocop), elle est déjà promise à un CDI en tant qu’ « Adjointe à la conformité et à la sécurité des vols » pour une autre compagnie aérienne. Un rebond professionnel de haute voltige, on vous dit ! Promis, c’était le dernier jeu de mots.

D’hôtesse de l’air à spécialiste de la qualité

En tant que personnel navigant et chef de cabine, Camille a toujours eu le sens du détail. Cette envie de bien faire, qui fait d’elle une personne consciencieuse et curieuse, l’aura poussée à évoluer au sein de son entreprise à différents postes, comme évoqué précédemment. Entre deux promotions, elle aura aussi validé quelques formations en interne (auditrice…) et une licence de pilote de ligne. Mais c’est en tant que coordinatrice de formation qu’elle œuvrait avant de perdre son emploi et d’atterrir sur les bancs de l’IFOCOP. « J’ai quelques diplômes inscrits sur mon CV, mais rien qui à mes yeux, n’offre à un employeur aujourd’hui, les garanties suffisantes pour se convaincre que je dispose des compétences requises. Alors que beaucoup de juniors brillent par leurs diplômes mais pêchent par leur manque d’expérience, je me retrouve dans la situation inverse », explique Camille. Séduite par le format de la Formule compacte et par la certitude de bénéficier d’un enseignement axé sur la pratique, elle s’inscrira à l’ifocop et débutera ainsi un cursus de Responsable qualité HSE*, métier très porteur actuellement sur le marché de l’emploi.

Un nouveau métier « pas si étranger »

Si elle a déjà occupé des fonctions similaires dans le domaine de la qualité et réalisé dans ce cadre de nombreux audits, Camille est consciente de la nécessité d’acquérir de nouvelles compétences pour répondre pleinement aux exigences de ce nouveau métier. « Je n’ai pas envie de me reconvertir, mais plutôt d’asseoir mon savoir-faire sur des bases solides, de progresser, d’affirmer que je sais faire », analyse-t-elle à la veille de son premier jour de stage. Sauf que… Certains en sont visiblement déjà convaincus puisque la compagnie qui l’intègre pour quelques semaines (le temps pour elle de valider son diplôme) lui fait déjà savoir qu’un CDI l’attend à l’issue : Adjointe à la conformité et à la sécurité des vols. « L’occasion est inespérée, mais pas question d’interrompre ma formation en cours. En accord avec mon futur employeur, mon stage servira de période d’essai et puis on signera le contrat », commente Camille. Son témoignage achèvera peut-être de vous convaincre qu’il n’existe pas de parcours tout tracé. De là à parler de plan de vol….

*Hygiène, sécurité et environnement

Camille :

Je me découvre une âme de manager »

Paraît-il qu’il existe la Camille d’avant formation et celle d’après formation !

On peut dire ça (sourire). C’est vrai qu’il y a eu une vraie évolution en quelques semaines. Au premier jour, je me martelais des phrases du genre « Tu n’y arriveras jamais ». Aujourd’hui, je me dis « Ben, en fait, si ! ». La Camille d’aujourd’hui a regagné confiance en elle.

Et d’après les formateurs ifocop, vous avez « développé des compétences managériales évidentes ».

Je suis flattée qu’ils le pensent. Il est vrai que derrière chaque exercice, il y avait un autre exercice : celui qui consiste à travailler en groupe, à se motiver. Je suis assez à l’aise à ce niveau-là. C’est peut-être du management, en effet. Mais bon, on a fait le job tous ensemble, entre apprenants, le mérite ne me revient pas qu’à moi seule.

C’est une phrase type de manager.

Touché.

Que retenez-vous de la formation ?

Ses nombreux atouts : transversalité, efficacité, utilisation d’outils qu’on retrouve ensuite en milieu professionnel. Ses conséquences aussi sur notre mental : il faut être endurant, déterminé, patient. Mais ça fait partie de la formation, tout autant que les cours, je pense.

Vous vous sentez « au niveau » ?

J’ai encore des choses à apprendre, mais oui. C’est aussi ça la particularité ifocop : on arrive et on repart tous avec des niveaux différents. On nous apprend les mêmes bases, puis libre à chacun de creuser, d’en faire ce qu’il veut… On nous pousse au meilleur mais on ne fait pas le job à notre place.

Ce témoignage vous a plu ?

Découvrez la Formation Responsable système QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :