FORMER POUR L’EMPLOI Une expertise éprouvée de la reconversion professionnelle et de l’alternance, avec certification RNCP

Comment, de chef de cuisine, Jean-Bernard est devenu acheteur pour l’Hôtel Fauchon Paris

Voilà une success story comme on aime les raconter et comme il s’en écrit souvent avec IFOCOP. Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire de Jean-Bernard Collot, qui est passé en moins d’un an des bureaux de Pôle Emploi à ceux de l’Hôtel Fauchon Paris, où il occupe le fascinant métier d’Acheteur.

Le jour où il s’est décidé à frapper à la porte de l’IFOCOP

Cela devait faire au moins trois ans que l’idée d’une reconversion professionnelle lui trottait dans la tête. Jean-Bernard est inscrit depuis quelques semaines sur la liste des demandeurs d’emploi après la fin de son dernier contrat et déjà une longue carrière en tant que commis, chef de partie puis sous-chef et chef de cuisine pour de prestigieuses enseignes d’hôtellerie-restauration. Plus de vingt ans, si l’on compte ses cinq années de formation professionnelle, consacrés à la gastronomie française et dont il garde un très bon souvenir, mais qui marqueront malgré tout un tournant dans son évolution professionnelle.

« J’ai ressenti le besoin de me renouveler, même de me réinventer tout en continuant de travailler dans un secteur, l’hôtellerie-restauration de luxe, qui me plaît », explique-t-il. La formation diplômante Acheteur (RNCP niveau 6) proposée par l’IFOCOP l’interpelle. « J’avais pu expérimenter quelques aspects de ce métier au cours de ma carrière, ça m’avait intéressé, je me suis donc rapproché des équipes pédagogiques pour en savoir plus sur le cursus, sur ses tenants et ses aboutissants », poursuit-il. La mayonnaise prend.

Un mois plus tard…

Le voilà dans le grand bain : 8 mois de formation IFOCOP, dont 4 passés en centre, et 4 passés en entreprise, dans le cadre d’un stage. Il choisit Fauchon Paris et découvre la réalité du métier : la négociation client/fournisseur, le benchmark produit, la gestion de stock… « Il y avait beaucoup à faire, d’autant que cette fonction n’existait pas au sein de l’entreprise. Ce stage a servi, je pense, de « test » préalable à la création du poste que j’occupe aujourd’hui », analyse Jean-Bernard. Vous l’aurez compris, la fin de sa formation rimera, pour lui, avec la signature d’un CDI.

Bilan plus que positif donc, pour cet ambitieux trentenaire, qui ne regrette pas son choix.

Son message aux futurs apprenants est d’ailleurs très clair : « Osez frapper aux portes, osez poser des questions aux équipes pédagogiques ou autres apprenants, prenez le temps de bien murir votre projet tout en continuant malgré tout de faire confiance à votre instinct ». Et renseignez-vous sur les moyens de financement. « Moi, c’est mon CPF et Pôle Emploi qui m’ont permis de financer ma reprise d’études ». Il poursuit avec quelques conseils : « Ne faites pas votre choix au hasard car vous allez rentrer dans l’univers de la formation pour adultes. C’est intensif, ça demande d’être autonome, déterminé, structuré, à l’écoute des conseils des intervenants et puis, ça passe très vite. Vous aurez les pieds dans le monde de l’entreprise en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ». Bref, vous voyez, il a beau être devenu aujourd’hui acheteur, Jean-Bernard ne rechigne jamais à partager ses recettes.

Lire aussi :

Ce témoignage vous a plu et vous souhaitez en savoir plus ?

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :