Matinée Portes Ouvertes Nationale : samedi 1er octobre de 10h à 13h, dans tous nos centres
En savoir plus

En savoir plus

Dernier poste connu ? Responsable client pour le compte d’une entreprise de e-commerce. Et avant cela, dix années en tant qu’Assistante de direction suite à l’obtention du BTS adéquat. Du côté de Toulouse, retrouvons Fanny, aujourd’hui Gestionnaire de paie au sein d’un cabinet comptable/RH reconnu ayant pignon sur rue.

Fanny, pourquoi avoir choisi de vous reconvertir de la sorte ?

Je ne sais pas si on peut vraiment parler de reconversion, me concernant. Je perçois plutôt mon diplôme ifocop comme la clé d’une évolution professionnelle. Il y avait, en réalité, quelque chose de très naturel à m’orienter vers un métier RH puisque chez mes précédents employeurs, que ce soit en tant que Responsable client ou Assistante de direction, c’était toujours moi que mes collaborateurs venaient trouver pour les aider à déchiffrer la convention collective ou une ligne de leur fiche de paie.

Du coup, pourquoi pas en faire un métier ?

Rires. C’est presque ça ! Dans les faits, je venais de mettre un terme à mes missions de Responsable client pour revenir à quelque chose de plus administratif, comme j’avais pu le faire auparavant. Mais sur le marché du travail, la concurrence est rude. Il me fallait « une compétence en plus » pour me démarquer. Je voulais rajouter une corde à mon arc, alors j’ai opté pour une formation dans les RH. Quant à mes motivations pour me spécialiser dans la paie, je viens de vous en expliquer les raisons.

Pourquoi le choix d’ifocop comme centre de formation ?

Primo, parce que c’est un centre reconnu que les entreprises connaissent bien. Cela simplifie notamment la recherche de stage, parce qu’on sait qui nous envoie. Deuzio, les tarifs de la formation, qui sont très corrects. Si on dispose de quelques crédits CPF, acquis après plusieurs années d’activité professionnelle, l’apport personnel est moindre, voire inexistant. Surtout si, comme moi, on est enregistré en tant que demandeur d’emploi et qu’on peut bénéficier à ce titre d’une prise en charge complémentaire par Pôle Emploi. Tertio, pour le format de la formation : intense, certes, mais compacte, rapide et complète !

Vous faites partie de ces apprenants qui ont intégré une promotion en présentiel et qui ont rapidement dû s’adapter au format distanciel en raison de l’apparition soudaine du coronavirus dans nos vies…

Plus que soudain, je vous l’accorde. Nous venions à peine de commencer quand le covid a fait sa grande entrée. Je me souviens qu’un vendredi on quittait la classe en se disant « à lundi » et que le temps du week-end, nous étions convoqués pour venir récupérer du matériel informatique afin de réattaquer les cours dès le lundi, en visio. Je reste encore à ce jour impressionnée par cette capacité d’adaptation et par la qualité des cours. Je continue encore aujourd’hui, alors que j’ai trouvé un emploi de Gestionnaire de paie, de consulter mes notes !

Vous avez donc validé votre diplôme.

Avec ifocop, j’ai pu effectivement valider ce diplôme (équivalent BAC+2), trouver une entreprise d’accueil qui est aujourd’hui devenue mon employeur (elle a signé un CDI à l’issue de la période d’immersion professionnelle) et comme le format le permettait, j’ai continué de suivre en parallèle des cours du soir pour valider une licence universitaire, toujours dans les Ressources Humaines.

Sportif !

N’est-ce pas ?

Un mot sur vos premiers pas dans le métier peut-être ?

Mes premiers pas se sont faits en mode bilingue (français-anglais) pour une société cliente en fusion. Mon profil s’est distingué clairement en raison de ma capacité à suivre les dossiers de A à Z dans les deux langues. Comme le stage s’était bien passé et que l’intégration au sein des équipes était fluide, on m’a proposé un CDI au moment du bilan. J’étais aux anges. L’ambiance de travail est bonne, il y a des jolies opportunités d’évolution professionnelle au sein même de l’entreprise, j’apprends au quotidien et déjà, en à peine 18 mois d’ancienneté, la montée en charge s’est opérée. Je gère de plus gros portefeuilles, je suis plus autonome dans l’exécution de mes missions… Je suis maintenant Gestionnaire de paie « grands comptes » et j’édite les fiches de paie d’entreprises qui comptent plus de 50 salariés.

Gérer des paies, ça paie ?

Si votre question est de savoir si je gagne mieux ma vie aujourd’hui, la réponse est oui. Le salaire est motivant et peut rapidement évoluer proportionnellement au degré de responsabilités. Bref, sans vilain jeu de mots, l’expérience est payante !

Lire aussi :