Matinée Portes Ouvertes Nationale : samedi 1er octobre de 10h à 13h, dans tous nos centres
En savoir plus

En savoir plus

Collecte, analyse et traitement des données mais également conseils aux salariés… La fonction de gestionnaire de paie, prisée par les recruteurs, revêt de nombreuses missions clés dans l’administration du personnel et l’organisation des ressources humaines. Focus sur les points forts de cette formation avec Sonia Ismail, adjointe à la direction de la pédagogie ifocop.

Quelles sont les fonctions d’un gestionnaire de paie ?

Le gestionnaire de paie exerce une fonction très importante dans l’administration du personnel. « Il doit s’occuper des procédures techniques et administratives liées à l’élaboration des bulletins de salaire, de la DSN (déclaration sociale nominative) et des relations avec les organismes sociaux (déclaration sociale et fiscale de l’entreprise), explique Sonia Ismail, ancienne responsable de formation sur le centre de Paris 13e. En fonction de la structure de son entreprise, il doit également s’assurer de l’application du droit du travail (rémunération, durée légale…), gérer les formalités d’embauches, participer à l’élaboration des fiches de postes, à la rédaction des contrats de travail, des documents de synthèse, du suivi des tableaux de bord, et établir les attestations courantes dont les salariés peuvent avoir besoin ainsi que les attestations Pôle Emploi. » Tenant un rôle de conseiller auprès des salariés, le gestionnaire de paie doit également maintenir une veille permanente de la législation, respecter une entière confidentialité des données et maîtriser le fonctionnement d’un logiciel de paie.

Quels sont les points forts de la formation gestionnaire de paie ifocop ?

Toutes les formations ifocop sont assurées par des experts métiers transmettant un savoir actualisé avec les réalités du terrain et les contraintes du métier. La formation gestionnaire de paie – niveau 5 (Bac +2) – ne fait pas exception avec l’intervention de formateurs spécialisés en paie. « Les évolutions légales et réglementaires évoluent sans cesse, les formateurs sont en veille et se tiennent à jour », confirme Sonia Ismail. Accessible en formule Intensive (4 mois de cours puis 4 mois de stage en entreprise) et en alternance (2 jours de cours et 3 jours en entreprise par semaine, pendant un an), la formation permet de mettre directement en application les acquis théoriques. Elle bénéficie de modules d’accompagnement dans l’apprentissage (Apprendre à apprendre) et de ressources pédagogiques spécifiques à la paie (focus sur le web, digitalisation des métiers, développement durable…).

A l’issue de son cursus, l’apprenant est ainsi capable d’appliquer les règles juridiques, réglementaires et conventionnelles liées à la paie, d’établir un bulletin de paie, une DSN, les documents liés au départ d’un salarié (comme le solde de tout compte), de réaliser les formalités liées à l’embauche (DPAE, contrat de travail), de gérer administrativement la vie du contrat (de l’entrée en fonction au départ), de réaliser un bilan social… « Cette formation est scindée en deux volets, indique Sonia Ismail, qui a longtemps encadré des ARH, RRH et gestionnaires de paie. L’établissement des bulletins de paie et des déclarations sociales ainsi que la gestion administrative du personnel dans le respect du droit. »

Des profils recherchés, un métier au cœur de la digitalisation

« Il existe de très nombreuses offres d’emplois pour la fonction de gestionnaire de paie, déclare Sonia Ismail. Ils peuvent exercer en entreprise, pour le compte de cabinets comptables ou bien en indépendants. » En 2021, 83 %* des apprenants ifocop ont ainsi retrouvé un emploi dans les 6 mois suivant la fin de leur formation. « Le métier a évolué ces dernières années avec le développement du SIRH (Système d’information de gestion des ressources humaines) et l’automatisation des calculs. Il faut maitriser l’outil, type SAGE, pour pouvoir le paramétrer puis le renseigner. Le gestionnaire de paie saisit de moins en moins, il est davantage dans l’analyse et le contrôle. Son périmètre d’action s’élargit : il va s’axer sur le droit du travail et gestion de l’administration du personnel. »

*Taux de retour à l’emploi calculé sur la base des apprenants ifocop sortis de formation entre le 01/09/2020 et le 31/08/2021, dans le cadre de l’Etude Emploi annuelle pour France Compétences.

À lire aussi dans le même domaine