FORMER POUR L’EMPLOI Une expertise éprouvée de la reconversion professionnelle et de l’alternance, avec certification RNCP

La formation Responsable ressources humaines pour certifier ses acquis : le choix de Tony.

Déjà en poste au moment de son inscription à l’Ifocop, mais sans véritable diplôme toutefois pour inscrire sa démarche dans la durée ou sécuriser son parcours dans les métiers des relations humaines, Tony reconnaît trois bénéfices évidents à sa formation : il dispose maintenant d’un diplôme officiel, d’un CDI dans une structure de qualité… et d’un nouveau regard sur la diversité d’un métier, qu’il n’imaginait pas si complet. Il raconte.

Tony, quel poste occupez-vous actuellement ?

Je vous préviens, l’intitulé de mon poste est un peu long ! (sourire) Je suis Responsable mission Handicap Insertion & Accompagnement pour un cabinet RH spécialisé dans le sujet de l’insertion par l’emploi de profils « hors formats conventionnels ». Je viens de signer mon CDI il y a deux mois. J’en suis très heureux car j’avais initialement candidaté, en réponse à une offre d’emploi en ligne, en tant que Chargé de mission. Mais mon profil, et surtout mon expérience professionnelle passée, ont convaincu ma direction de me confier directement plus de responsabilités.

Si on décortique votre CV, on s’aperçoit que vous avez en effet œuvré dans les Relations Humaines pendant plusieurs années avant de candidater, et avant même de vous former avec Ifocop, en 2019. Pourquoi cette formation, du coup ? Vous étiez déjà opérationnel !

C’est plus ou moins ça, mais je rajouterai quand même un petit bémol. J’évoluais effectivement depuis plusieurs années dans l’univers RH, mais plutôt en tant que chargé de recrutement. Quand on compare avec ce que je fais aujourd’hui, on s’aperçoit que c’est quand même très différent. Par ailleurs, j’avais intégré ce poste sans réel diplôme puisque j’étais issu d’une licence en commerce ! J’ai donc souhaité, d’une part, compléter mes acquis ; et de l’autre, les certifier officiellement grâce à ce diplôme.

Pour l’anecdote, j’avais déjà failli me former avec Ifocop en 2017. Je visais alors le diplôme d’Assistant RH. Pour des raisons personnelles, je ne m’étais finalement pas engagé. Mais l’idée est restée dans un coin de ma tête… Et en m’interrogeant sur mes envies, mes capacités, les perspectives d’avenir associées au diplôme, sa cohérence, aussi, avec mon expérience professionnelle, j’ai finalement jugé plus pertinent de revenir en 2019, pleinement disponible, pour devenir RRH cette fois.

« Just do It », comme on dit.

Exactement ! J’ai donc suivi le cursus phare de l’Ifocop : un diplôme en 8 mois, dont la moitié passée en entreprise, l’autre en classe. J’avais bien sûr certaines bases, comme sur les sujets recrutement et management, mais j’ai appris cette fois ce qu’il faut savoir sur l’administration du personnel, sur le volet formation continue… J’ai découvert aussi toute la subtilité de la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences), du recrutement sur les réseaux sociaux. Sur ce dernier sujet, malgré mon jeune âge (33 ans), j’étais assez frileux. Ce qui est très drôle en réalité, puisque maintenant, les réseaux, notamment Linkedin, sont devenus essentiels à l’exercice de ma profession.

Ce qui m’a plu, c’est qu’ici l’approche humaine de nos métiers prend toute sa dimension. On travaille sur le recrutement bien sûr, mais aussi sur la communication de valeurs, la sensibilisation, la non-discrimination… »

Parlez-nous de votre stage.

Sans exagérer, je dirai que ce stage a agi sur moi comme un véritable déclic. Cela a été LA révélation de ces 8 mois d’apprentissage. Je me voyais poursuivre dans le recrutement. Et j’ai découvert les métiers des RH dans la sphère insertion grâce à un stage au sein du groupe Cap Gemini. Ce qui m’a plu, c’est qu’ici l’approche humaine de nos métiers prend toute sa dimension. On travaille sur le recrutement bien sûr, mais aussi sur la communication de valeurs, la sensibilisation, la non-discrimination… Ces 4 mois ont été très enrichissants. Enfin, 4 mois, même plus, puisqu’on m’a immédiatement proposé un CDI à l’issue de ma période d’immersion. CDI que j’ai depuis perdu en raison des difficultés économiques provoquées par la Covid-19. Mais je ne regrette rien car j’ai découvert ma voie, appris plein de choses, enrichi mon CV…

… et retrouvé très vite un autre emploi, à nouveau en CDI.

Avec même une promotion en sus puisque de Chargé de mission Handicap et recrutement, je suis passé Responsable.

Il y a eu un avant et un après Ifocop »

Bilan plus que positif, donc.

Je vais même aller au-delà et vous dire que l’Ifocop m’a permis bien plus que d’obtenir un diplôme. Cette école m’a ouvert les yeux… et quelques portes. Il y a eu un avant et un après.

Et un « pendant », de 8 mois quand même !

Rires. Oui, surtout que les premières semaines, quand on est confronté à toute cette nouveauté, à ce volume de cours, à ce rythme intense de travail, on peut douter. Cela a été mon cas, personnellement. Mais on n’est pas seul, et à bien y regarder, on découvre que l’équipe pédagogique a bien calibré les choses pour donner à chacun le maximum de chances d’y arriver.

Ce témoignage vous a plu et vous souhaitez en savoir plus ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :