Focus sur nos formations Webdesigner et Chef de projet e-commerce à distance avec Émilie T., Responsable de formation au sein du centre ifocop Paris XI.

INTERVIEW

Émilie, peut-on véritablement bien se former aux métiers de Webdesigner et Chef de projet e-commerce en choisissant la formule de cours à distance ?

Évidemment. Pourquoi cela ne serait-il pas possible ? Cela reviendrait même presque à reconsidérer le sérieux de ces deux métiers passionnants, si on ne croyait pas à l’efficacité du digital ! Je suis donc absolument affirmative : la formation à distance permet non seulement d’accéder à des enseignements de qualité, mais aussi à la pointe de la modernité…y compris pédagogique.

Est-ce accessible à un novice ?

Quelques prérequis sont naturellement exigés, comme par exemple une expérience professionnelle passée (même brève) dans le domaine. Ou d’avoir quelques notions, avérées maitrisées, en management, marketing, informatique… Ces points sont, de toute façon, vérifiés avant de valider l’inscription d’un candidat dans un cursus qui ne lui correspondrait pas. Nos formations sont aussi compatibles avec les montées en compétences, comme par exemple un Community Manager qui souhaiterait évoluer vers un poste de Chef de projet e-commerce. De nombreuses passerelles sont possibles.

Comment faire si on ne peut justifier ni de l’un, ni de l’autre, mais qu’on est particulièrement motivé ?

Nous croyons aussi à la motivation de nos candidats. Aussi, nous pouvons alors conseiller (et même encourager) l’autoformation, comme on le répète d’ailleurs tout au long de la formation à nos apprenants : soyez curieux, suivez des MOOCS en ligne, devenez des inconditionnels du e-learning, des codeurs en herbe… Internet regorge de tutoriels, de ressources en ligne qui permettront aux plus motivés d’atteindre ce premier niveau qui pourrait permettre, et bien sûr cela restera à vérifier avec nous ultérieurement, de disposer des prérequis exigés par ifocop pour s’engager dans une formation.

Il y a donc du pain sur la planche

Pour tout le monde. Apprendre un métier en trois mois requiert de beaucoup donner. En cours, de 9h à 17h, mais aussi au-delà. Exercices le soir et le week-end, travaux pratiques, modules d’autoformation en ligne… N’oublions pas qu’une période d’immersion professionnelle est prévue en fin de parcours. Les entreprises attendent des apprenants « opérationnels », capables de s’intégrer rapidement aux équipes, d’apporter une plus-value, un savoir-faire. Il faut donc être autonome, mais aussi courageux, volontaire et curieux car c’est un véritable marathon que vous vous apprêtez à courir.  Heureusement, vous pourrez compter sur des promotions à taille humaine (une dizaine de candidats) et sur des formateurs très disponibles pour vous soutenir sur le chemin de la réussite.

À lire aussi dans le même domaine