Qui eut cru qu’avant même le début du stage en entreprise prévu dans le cadre de la Formule Compacte, et avant, donc, leur certification officielle, certains candidats se verraient proposer un CDI ? Et qu’ils se verraient obligés de répondre « oui, à condition de démarrer dans quelques semaines, le temps d’achever ma formation » ?

Florian, 42 ans et actuellement en formation avec IFOCOP pour devenir Responsable Qualité HSE, est l’un de ceux-là.

Jusqu’il y a quelques mois encore, et depuis 4 ans, Florian occupait le poste de Technicien Qualité. Mais un plan social d’entreprise le conduira, comme nombreux de ses camarades, à prendre un congé de reclassement. Une interruption forcée qui suscite souvent beaucoup de questions chez les salariés concernés. Ils n’ont pas toujours les réponses et se retrouvent parfois dans une impasse pour rebondir. Ce n’est heureusement pas le cas de Florian, qui aura agi avec la méthode et la capacité d’analyse dignes d’un Responsable Qualité. Ça tombe bien, c’est précisément à ce poste qu’il s’imagine maintenant !

Son métier il l’aime, mais pour continuer à l’exercer, il doit intégrer de nouvelles compétences, qui lui permettront même d’atteindre son nouvel objectif, rebondir plus haut.

« J’ai la chance d’être bien entouré », analyse Florian, qui commencera son introspection de façon somme toute classique, avec un bilan de compétences, conduit sous l’impulsion d’un cabinet spécialisé. De ce bilan, plusieurs axes de réflexion se dégageront dont un, plus évident : son métier il l’aime, mais pour continuer à l’exercer, il doit intégrer de nouvelles compétences, qui lui permettront même d’atteindre son nouvel objectif, rebondir plus haut. Condition sine qua non, se former sur les items sécurité, hygiène, environnement pour parfaire des connaissances déjà solides sur le champ « qualité ». On lui conseille IFOCOP. Il ne connaît pas, mais la Formule Compacte en 5 mois le séduit immédiatement : un budget adapté « qui m’évite de puiser dans mon compte personnel de formation », une formation en télé-présentiel « qui permet de rencontrer et d’échanger avec des experts et apprenants de la France entière », des acquis pratiques sur une période courte de 10 semaines et surtout une expérience concrète en entreprise avec de « vraies missions », puisque, rappelons-le, pour être validé par l’institut de formation IFOCOP, toute période d’application pratique en entreprise doit présenter un ordre de mission complet. C’est la garantie pour chaque apprenant de mettre à profit ses nouveaux acquis.

Que demander de mieux ?

Florian doutait-il du potentiel de son nouveau profil sur le marché de l’emploi ou est-il particulièrement prévoyant ? La réponse importe peu finalement, quand on apprend que non content de démarrer sa période d’immersion professionnelle, il pourrait peut-être être embauché à l’automne… dans la même entreprise ! Bien sûr, à ce stade, rien de concret encore, mais de belles perspectives à la clé. Il avait en effet postulé deux mois plus tôt via Linkedin sollicitant simplement un stage, en n’omettant pas bien sûr de soigner sa candidature et donc de valoriser son parcours professionnel. « Je me disais que le temps d’obtenir des entretiens, je pourrais achever tranquillement ma formation », explique-t-il. Visiblement, Florian s’est trompé, mais c’est plutôt une bonne chose puisque l’entreprise s’est montrée compréhensive et a proposé à Florian de vivre son immersion professionnelle comme une période d’essai pour transformer, pourquoi pas, ses 10 semaines de travail chez eux en contrat à durée indéterminée.

Pour l’heure, Florian devrait avoir pour mission d’accompagner l’entreprise dans sa transformation, notamment sur le champ du télétravail. Dans son plan de charge prévisionnel également, un audit interne préalable à une certification. « Bien sûr, mes missions sont susceptibles d’évoluer au jour le jour selon les besoins de l’entreprise, mais je suis déjà très satisfait car au-delà de la promesse d’un nouvel emploi potentiel, cela représente une évolution professionnelle importante. J’ai acquis de nouvelles connaissances et aptitudes, je maîtrise de nouveaux outils, je me sens en confiance », explique Florian, qui découvre par ailleurs une nouvelle dimension à son métier : l’accompagnement du dirigeant dans les choix stratégiques. « Moi qui plus jeune, ai connu une scolarité mouvementée, j’ai toujours eu tendance à penser que le système scolaire nous réduit. Mais quand on trouve la bonne personne, le bon organisme et qu’on s’en donne la peine, on peut aller loin », conclut-il.

Son parcours :

BEP Électrotechnique ; CQP de technicien de la qualité et DUT qualité, logistique industriel et organisation ; formation continue dans l’aéronautique. Parcours professionnel dans le domaine de la qualité dans divers secteurs (pétrochimie, électrotechnique et aéronautique-Airbus). Technicien qualité de 2014 à 2020.

Ce témoignage vous a plu ?

Découvrez la Formation Responsable système QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement)

Lire aussi :

Halima : « Je vois ce diplôme comme un sésame pour de nouveaux horizons professionnels »