PORTES OUVERTES ALTERNANCE : Mercredi 06 mars de 13h30 à 17h30. Participez à l'évènement dans le centre ifocop de votre choix 🙂
Je m'inscris

Je m'inscris

La crise sanitaire, la transformation numérique, les attentes des jeunes générations, la RSE… Autant de sujets qui ont changé et changent le secteur des Ressources Humaines. Les professionnels, invités à répondre à ces défis passionnants, sont fortement demandés par les recruteurs. Quels profils les intéressent ? Quelles réalités attendent les candidats ? Décryptage.

Le secteur des Ressources Humaines recouvre des métiers variés et des réalités différentes. « Dans les PME, les fonctions sont souvent très polyvalentes. Le responsable RH est chargé du recrutement, de la formation, de la gestion des relations sociales, de la gestion administrative du personnel, détaille Cécile Mousset, Directrice de la Pédagogie à ifocop. Alors que dans les plus grandes structures, les fonctions sont plus spécialisées. Il y a un responsable de la formation, un autre du recrutement, de la paie, ou encore des relations sociales… » Une diversité de fonctions qui ne doit pas occulter des problématiques communes.

 

De nouvelles attentes au travail

 

En première ligne avec les nouvelles recrues et avec les collaborateurs plus anciens, les RH occupent une place stratégique dans l’entreprise en veillant à son attractivité. Pour rester compétitif, embaucher et fidéliser, il faut soigner l’environnement de travail, le développement professionnel et personnel des salariés. « Il y a le télétravail, le flex-office, les tiers lieux, le travail nomade… » Jean-Marc Bussy, consultant et formateur en Ressources Humaines insiste sur les changements nés de la généralisation du travail à distance, notamment, « la formation et l’accompagnement des responsables au management hybride ! »

La question du bien-être au travail est aussi en plein essor. Les candidats et les collaborateurs sont plus attentifs à la Qualité de Vie et Conditions de Travail (QVTC). Une nouvelle donne qui n’attend pas une réponse superficielle, selon Jean-Marc Bussy : « l’idée du babyfoot ou du café gratuit, c’est de la poudre aux yeux pour beaucoup de jeunes ! Les RH doivent plutôt se concentrer sur les travaux de fond de la QVTC, comme les TMS (Troubles musculo-squelettiques, NDLR). »

Être bien dans son corps, mais aussi, dans sa tête. « La dimension carriériste est moins présente, la quête de sens et de valeurs est un critère de choix pour les candidats », explique Cécile Mousset, Directrice de la Pédagogie à ifocop, soulignant que les employeurs, eux, souhaitent « recruter des talents aux compétences plus agiles, plus digitales, tout en garantissant l’égalité et l’inclusivité. » Une équation que sont donc chargées de résoudre les équipes RH.

 

« Un secteur qui permet vraiment d’évoluer »

 

Les profils recherchés sont hétérogènes. Le métier d’assistant(e) RH ou de gestionnaire de paie, par exemple, est accessible avec un niveau d’étude baccalauréat alors qu’une formation de niveau BAC +3/+4 permet d’accéder à des fonctions cadre, comme responsable RH ou responsable formation. Les cycles de niveau BAC +5 et plus ouvrent une dimension plus stratégique d’accompagnement des organisations et des dirigeants d’entreprise. Un schéma qui n’est pas figé selon Cécile Mousset : « C’est un secteur qui permet vraiment d’évoluer. »

Pour tous, les compétences digitales sont nécessaires, les professionnels travaillant souvent désormais avec un SIRH (Système d’Information Ressources Humaines) qui centralise toutes les informations liées aux ressources humaines. « Être capable de porter un projet SIRH est aujourd’hui une compétence recherchée », constate ainsi l’experte ifocop. La maitrise des réseaux sociaux est aussi incontournable pour attirer les talents et travailler sa marque employeur.

Les parcours de formation doivent donc s’adapter et c’est ce que fait ifocop. « L’utilisation des réseaux sociaux est intégrée dans nos formations d’assistant RH. On fait des exercices sur Linkedin évidemment, mais aussi sur Youtube, Instragram ou Tik-Tok. De la même manière, la stratégie RSE (Responsabilité sociale des entreprises, NDLR) a été intégrée à notre formation Responsable RH. Et puis, évidemment, on est en train de travailler sur l’IA, l’intelligence artificielle. » Cette dernière pourrait offrir de nouvelles perspectives en s’occupant de tâches administratives et de gestion des données. Moins sollicités par ces questions, les RH pourraient alors se concentrer sur d’autres missions, comme le développement des compétences, de la culture d’entreprise ou des talents.

 

Vous avez dit « humaines » ?

 

Au-delà des compétences métiers, certaines soft skills sont précieuses puisque, comme son nom l’indique, les fonctions RH sont « humaines ». « Les RH doivent prendre soin des forces vives de l’entreprise pour les fidéliser, détaille Cécile Mousset. Ils doivent être attentifs, savoir bien communiquer et pouvoir engager les collaborateurs. » La discrétion est aussi une qualité primordiale quand on travaille avec des données sensibles. Il faut également avoir une certaine présentation et posture quand on est amené à porter la culture d’entreprise. « Si pour des postes de responsable et de technicien RH, les compétences techniques et opérationnelles sont très importantes, sur des fonctions de direction, les qualités de leadership et de management sont recherchées », nuance la directrice pédagogique.

Enfin, si vous souhaitez vous orienter dans ce domaine, il faut vous attendre à un important travail de veille puisque les règlements évoluent constamment et de plus en plus rapidement. Le travail administratif ne doit pas non plus vous faire peur ! 56% des

RH consacre au moins la moitié de leur temps aux tâches administratives, d’après le baromètre 2023 Les RH au quotidien.

Séduit(e) par ce panorama ? N’hésitez pas ! Le marché de l’emploi se porte bien dans le domaine des Ressources Humaines. Ainsi, Pôle emploi compte environ 23 000 demandeurs d’emploi pour plus de 92 000 offres en un an pour l’Assistanat en Ressources humaines, quand, du côté du Management des Ressources humaines, ce sont 8 500 candidats pour quelque 52 000 offres qui sont répertoriés sur la même période.

 

Intéressé(e) par le secteur des Ressources humaines ? Ifocop vous forme aux métiers de :

 

À lire aussi dans le même domaine