Matinée Portes Ouvertes Nationale : samedi 1er octobre de 10h à 13h, dans tous nos centres
En savoir plus

En savoir plus

Il existe en France près de 220 dénominations du métier d’assistant (assistant de direction, administratif, juridique, commercial…). Selon le poste occupé et le secteur d’activité, les missions peuvent ainsi grandement différer. Difficile donc de s’y retrouver sur les compétences précises attendues chez un(e) assistant(e). On vous aide à y voir plus clair dans cet article.

Quelles sont les missions d’un(e) assistant(e) ?

Un(e) assistant(e) est « une personne qui assiste quelqu’un pour le seconder », dixit le Larousse. Un peu vague comme définition ! Si la mission de base d’un(e) assistant(e) est de faire gagner du temps à la personne assistée en assurant des fonctions de service et des tâches administratives (planification des agendas, saisie de documents officiels, organisation de réunions et déplacements, anticipation des besoins…), son quotidien est bien plus diversifié. L’assistant(e) assure également la relation avec les prestataires ou bien encore la gestion des équipes et des données RH. La fonction ne consiste plus uniquement à assister mais bien à apporter des solutions et à gérer des situations dans leur intégralité.

Quelles qualités et compétences doit aujourd’hui avoir un(e) assistant(e) ?

Pour répondre aux besoins de sa hiérarchie, l’assistant(e) doit faire preuve d’une organisation sans faille. Méthode, bonne présentation, esprit d’initiative et autonomie sont de véritables atouts. La fonction requiert également d’avoir de solides qualités relationnelles, de bonnes qualités rédactionnelles mais aussi de savoir maîtriser des outils de bureautique (collecte et analyse des données). Pouvoir justifier de connaissances commerciales ou juridiques (selon le poste occupé) est un avantage indéniable, tout comme le fait de pouvoir parler une langue étrangère. Aujourd’hui encore plus polyvalents qu’autrefois, les assistant(e)s doivent par ailleurs faire preuve de rigueur, d’autonomie et de disponibilité pour mener à bien différents projets.

Quelles perspectives d’évolution pour un(e) assistant(e) ?

On l’a vu, le nombre de dénominations du métier d’assistant(e) est assez impressionnant. Des montées en compétences sont ainsi possibles tout au long d’une carrière pour passer par exemple du métier d’assistant(e) à celui d’assistant(e) de direction puis à celui d’attaché(e) de direction. Il est aussi envisageable d’évoluer vers un autre poste en se formant et en se spécialisant par exemple dans le juridique, le commercial, l’immobilier… Enfin, les compétences acquises dans cette fonction peuvent également permettre d’envisager d’autres missions – là encore, en s’appuyant sur un parcours professionnalisant – telles que chargé(e) de communication, chargé(e) de formation ou encore office manager.

Dans quels secteurs exercer le métier d’assistant(e) ?

L’une des principales caractéristiques du métier d’assistant(e) est le fait de pouvoir l’exercer dans l’ensemble des branches professionnelles. Vous êtes intéressé(e) par tout ce qui a trait au droit ? Le métier d’assistant(e) juridique pourrait vous convenir. Vous êtes passionné(e) par le monde de l’éducation, celui des assurances, des RH ou de la communication ? De nombreuses offres d’emplois d’assistant(e) dans ces domaines sont disponibles et dans bien d’autres encore. Vos fonctions varieront ensuite selon la taille de votre future entreprise.


Les formations assistanat – secrétariat ifocop ont su s’adapter à la nouvelle donne des entreprises et sont parmi les plus demandées. Chaque année, ifocop forme plus de 500 adultes aux métiers de l’assistanat. Des formations reconnues par l’Etat et validées par un diplôme RNCP. Tous les ans, plus de la moitié des entreprises d’accueil proposent un poste à leur apprenant ifocop et plus de 80 % d’entre eux retrouvent un emploi.

À lire aussi dans le même domaine