En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

IFOCOP Le spécialiste de la formation tertiaire en alternance pour adultes

L'Ifocop est qualifié ISQ-OPQF pour la garantie d'un engagement de prestation de qualité.

Témoignage de Frédéric PORTELLO, formation Adjoint de direction hôtellerie restauration à l’IFOCOP

Frédéric PORTELLO a travaillé pendant 15 ans dans le secteur de l’assistance médicale internationale. A 40 ans, il a choisi de se former après un licenciement économique. Son objectif ? Se réorienter dans l’hôtellerie, un domaine où il pourrait s’épanouir tout en mettant à profit son expérience et son goût pour les langues étrangères. Il a pu bénéficier d’une prise en charge CIF-CDD pour suivre la formation Adjoint de direction hôtellerie restauration et trouver un nouveau souffle professionnel.

 

Quel était votre parcours avant d’intégrer l’IFOCOP ?

Après un Bac filière économique, j’ai suivi un BTS tourisme puis une double licence LEA car j’ai toujours eu le goût des langues étrangères. Je n’ai jamais eu de plan de carrière précis. J’ai d’abord travaillé à l’aéroport d’Orly pour un loueur de véhicules puis j’ai découvert par hasard l’assistance médicale internationale, en répondant à une offre d’emploi. Ce métier a été une révélation pour plusieurs raisons : le travail en équipe la polyvalence et la pratique des langues les 3/4 de la journée. J’ai travaillé en tant que chargé d’assistance pendant 6 ans puis j’ai évolué vers un poste de superviseur d’une équipe de 15 personnes pendant 7 ans. J’ai également vécu 3 ans en Italie ou j’ai eu ma première expérience dans l’hôtellerie.

Licencié pour motif économique en 2014, je me suis retrouvé à 40 ans avec une envie de passer à autre chose car j’avais fait le tour du métier. J’ai d’abord effectué un bilan de compétences peu concluant. J’ai ensuite repris un poste dans l’assurance voyage pendant 1 an et demi mais cela s’est avéré trop administratif. Je ne m’épanouissais pas car j’avais pris l’habitude de travailler dans l’urgence et la polyvalence. C’est à ce moment que je me suis renseigné sur mes droits à la formation. Je pouvais bénéficier d’une prise en charge dans le cadre du dispositif CIF-CDD, alors je me suis lancé !

Pourquoi avez-vous choisi de faire la formation Adjoint de direction hôtellerie/restauration à l’IFOCOP ?

J’avais sélectionné deux secteurs pour suivre une formation : l’événementiel et l’hôtellerie. En approfondissant mes recherches, j’ai abandonné l’idée de l’événementiel car il y avait peu de formations, et elles duraient plus d’un an.  J’avais déjà entendu parler de l’IFOCOP par une amie qui s’y était formée il y a quelques années. Le contenu de la formation Adjoint de direction hôtellerie/restauration m’a séduit. J’avais déjà des compétences en management de service client mais il me manquait des qualifications en gestion, marketing et, dans une moindre mesure, en stratégie commerciale. La durée de la formation de 8 mois et le bon équilibre entre les parties théorique et pratique me semblaient idéal. Enfin, il s’agissait d’une formation diplômante enregistrée au RNCP.

Comment avez-vous trouvé votre entreprise d’accueil pour la période d’application pratique ?

Pour la recherche de l’entreprise, j’ai d’abord fait jouer mon réseau.  J’ai obtenu deux propositions, la première dans un hôtel 5 étoiles mais au moment de l’entretien la personne responsable n’avait pas compris qu’il s’agissait d’une formation de directeur adjoint et me proposait uniquement de la réception.  Le deuxième le contact n’a pas été bon. Je pense que le fait d’avoir une personne de 40 ans en stage était perturbant.  J’ai donc envoyé des candidatures par mail après un premier contact par téléphone avec une cinquantaine d’hôtels 3 et 4 étoiles dans un secteur de 5 arrondissements.

J’ai reçu peu de réponses mais j’ai décroché deux entretiens, dont l’un, avec la directrice du Timhotel Nation qui s’est avéré très positif. J’ai eu l’intuition qu’une collaboration était envisageable et qu’on me donnerait vraiment l’opportunité de mettre en application ce que j’avais appris en formation théorique. 

Quelles étaient vos missions ?

On m’a confié des missions très variées et des responsabilités qui m’ont permis d’avoir une réelle vision du poste de directeur adjoint. J’ai travaillé en doublon avec le directeur adjoint du Timhotel Boulogne. J’ai d’abord été formé au logiciel de réception puis j’ai appris à réaliser les clôtures hebdomadaires puis les clôtures mensuelles avec la directrice. J’ai aussi participé à l’élaboration des plannings et des contrats, supervisé le travail des personnels de chambre avec la gouvernante et le travail des permanenciers de nuit en élaborant un document récapitulatif des tâches. Enfin, j’ai été formé à la gestion des comptes débiteurs et à toute la partie facturation.

Quel est votre travail aujourd’hui et quel est votre projet professionnel à long terme ?

À l’issue de la mission pratique, j’ai remplacé le directeur adjoint pendant 15 jours à l’hôtel Timhotel de Paris Nation puis j’ai repris en extra en septembre, mais pas de poste à responsabilité pour l’instant. Nous restons en contact avec la RH du groupe Timhotel, et je suis donc en phase intense de recherche, par les salons, Linkedin et les réponses classiques aux offres. J’aimerais continuer à acquérir un peu plus d’expérience sur Paris avant de partir l’année prochaine, soit en province, soit à l’étranger. Mon objectif est de devenir à terme directeur d’un établissement.

Que vous a apporté cette formation ?

La formation a répondu à mes attentes en terme d’acquisition des compétences nécessaires pour gérer un établissement. Mais, au-delà de l’enseignement, les cours ont été très riches aussi humainement. Beaucoup de respect et de bienveillance ! Les échanges avec chacun des intervenants étaient très constructifs et la symbiose qui s’est créée dans le groupe nous a permis d’apprendre et d’avancer dans les meilleures conditions possibles. Cela a été bénéfique au niveau de la confiance de l’estime de soi. Je suis vraiment très fier d’être allé au bout de cette aventure, c’est une réussite totale.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :