Après 8 années passées à officier dans le domaine juridique, successivement en tant que Secrétaire juridique puis Gestionnaire contentieux (procédures de recouvrement et d’expulsion), Virginie fera le choix audacieux, alors qu’elle est déjà licenciée en droit, de profiter d’un licenciement (économique, cette fois !) pour se former et assumer ses nouvelles envies professionnelles, qui la guident, cette fois, vers le métier d’Assistante RH. Reconversion ou évolution ? Ça se discute. Elle est en tout cas catégorique sur un point : elle ne regrette pas son choix. Rencontre.

Virginie, quand on étudie le droit comme vous, et qu’on lui consacre les 8 premières années de sa vie professionnelle, on s’imagine sur une voie toute tracée, non ?

Virginie : Oui, sûrement. Mais cela reviendrait à s’interdire d’explorer de nouvelles options, ce qui ne me ressemble pas. J’ai aimé tout ce que j’ai fait et à chaque fois, j’ai donné le maximum et le meilleur de moi-même. Ce qui m’a conduite, d’ailleurs, à accompagner mes anciens employeurs sur des missions qui ne relevaient pas, stricto sensu, de ma fiche de poste. D’une certaine façon, on peut considérer que ce sont mes compétences en tant que Secrétaire juriste, qui ont tracé la voie jusqu’à vous. Je veux dire, jusqu’à ifocop.

Développez.

En poste en tant que Secrétaire juridique, je réalisais à l’occasion quelques missions rudimentaires qui d’ordinaire, relèvent des Ressources Humaines : je rassemblais des variables de paie, je vérifiais des contrats de travail… J’ai aussi, une fois, répondu à la demande de mon employeur de l’accompagner, à la lumière de mes connaissances en droit social / droit du travail, sur un dossier délicat qui l’opposait à un salarié duquel il souhaitait se séparer… À force de passer d’un sujet à l’autre, de me documenter, j’ai pris conscience de la porosité qui existe entre mon premier métier et les RH, que je touchais du bout du doigt, certes, mais suffisamment pour que cela me donne envie de me reconvertir. C’est à ce moment-là que j’ai pris la décision de repartir sur une formation. Après y avoir pensé plusieurs mois malgré tout…

D’une certaine façon, on peut considérer que ce sont mes compétences en droit qui ont tracé la voie jusqu’aux Ressources Humaines »

Pourquoi avoir attendu… Et quel est le déclencheur ?

Il fallait que je fasse le point, que j’évalue les plus et les moins… Je balançais entre cœur et raison quand le destin a décidé pour moi. Licenciement économique, retour à la case départ : Pôle Emploi ! Avec toutefois un contrat de sécurisation professionnel (CSP) qui me permettait de bénéficier d’une formation. Je me suis dit : « Virginie, c’est le moment où jamais ». J’ai entrepris quelques recherches et mon choix s’est rapidement porté sur ifocop, car le programme pédagogique m’a plu.

Pour quelqu’un d’actif et indépendant comme moi, c’était idéal »

Vous avez même spécifiquement choisi la formation 100% à distance. Pourquoi ?

L’une des raisons, c’était l’éloignement géographique entre mon domicile et le premier centre près de chez moi. Une autre raison a été l’extrême liberté avec laquelle la formation à distance permettait de se former. Quelques heures chaque semaine, des cours à distance le soir, des ressources à consulter à volonté 7J/7, la possibilité d’obtenir un diplôme reconnu en l’espace de quelques mois… Pour quelqu’un d’actif et indépendant comme moi, c’était idéal.

Se former seul, pour certains, c’est compliqué.

Il faut bien faire le distinguo ! On travaille en autonomie, pas seul. Il y a un Responsable de formation, des formateurs avec qui l’on peut prendre contact.

Êtes-vous satisfaite de votre formation ifocop ?

Très satisfaite. Le seul conseil que je donnerais aux futurs apprenants : choisissez bien la formule adéquate, celle qui complète votre parcours. Et si, comme moi, vous êtes novice au moment de votre inscription, optez pour une formule AVEC période d’immersion professionnelle. C’est capital pour l’étape suivante : la recherche d’emploi.

Mon conseil : optez pour une formule AVEC période d’immersion professionnelle. C’est capital pour l’étape suivante : la recherche d’emploi »

Où en êtes-vous dans votre projet de reconversion ?

Je suis sur le point d’embaucher, en CDI, au sein d’une entreprise où mes missions relèveront principalement du droit, comme autrefois. À la différence que la Direction des Ressources Humaines s’est montrée curieuse et attentive à mon parcours, m’interrogeant même avec force de détails sur cette « spécialisation » RH. J’ai naturellement répondu qu’un post d’ARH m’intéressait. Et on m’a laissé entendre qu’une évolution de ce type pouvait être envisageable… C’est très motivant. Je continue bien sûr de postuler aux annonces qui m’intéressent, sait-on jamais. Je suis en confiance, armée, formée, déterminée car, comme on dit, « tout vient à point à qui sait attendre ». Surtout quand, comme moi, on donne un petit coup de pouce à la vie.

À lire aussi dans le même domaine